17 juillet 2012

Joshua Jackson : "Notre plus grande réussite, c'est John Noble"

Joshua Jackson a répondu aux questions de la presse dans le cadre de la Comic Con de San Diego qui s'est achevée dimanche.
Il est prêt à 500% pour cette 5e saison car c'est l'opportunité de terminer en beauté.

"C'est quelque chose qui ne se présente pas souvent. Les deux années précédentes, nous étions obligés de tenir compte" d'une annulation possible et "nous avions concocté des fins de saisons qui pouvaient satisfaire le public" si la série s'arrêtait. "Aujourd'hui, nous savons qu'il reste 13 épisodes pour tout dire et c'est très excitant. Nous avons une chance unique de pouvoir le faire à la fois pour nous et pour les fans. On n'a pas intérêt à merder ! Ce ne sera pas comme pour Firefly ou Millenium, tous ceux qui se sont investis" dans la série "auront droit à une vraie fin. Tout le monde ne l'aimera pas, parce que c'est comme ça, mais ceux qui nous ont suivis auront l'opportunité d'aller au bout. Cela nous permet de dire au revoir à un public qui nous suit depuis le début. C'est une bonne chose."

Il y a beaucoup de sujets de SF que la série a déjà abordés. Qu'attend Jackson de cette saison ?
"On n'avait pas encore parlé de colonisation. Que l'humanité se rebelle, c'est nouveau. Ce qui me parait le plus important dans la série, ce sont les émotions. C'est ce qui est resté central au milieu de toutes ces intrigues à rebondissement, ces univers parallèles et leurs personnages. Ce qui m'intéresse, c'est de jouer le dernier chapitre de leur histoire, de trouver quelle dynamique des sentiments peut exister et de savoir dans quel état ils seront quand nous en aurons terminé avec eux. Ce choix, nous devons le faire maintenant."

Si le comédien est content de la saison à venir, on peut imaginer que les fans le seront aussi.
"Je suis satisfait de ce qui se passera mais je ne crois pas que tout le monde sera satisfait. Le public n'est pas une entité monolithique. C'est impossible. Et c'est une bonne chose qu'il y ait des mécontents. Quand on raconte une histoire pendant des années, on s'approprie les personnages, moi comme le public. Et c'est ça qui est gratifiant parce que sa vision est différente de la mienne. J'espère que tout le monde ne va pas mourir et qu'après le dernier tour de manivelle on puisse s'imaginer une suite. Je suis certain que ça déclenchera la colère" de certains, "mais je suis très content qu'on ait l'opportunité d'aller au bout de l'histoire, pour le meilleur ou le pire."

En quoi Fringe a-t-il accompli quelque chose d'unique ?
"Fringe n'est pas unique parce que la SF, si elle est de qualité, peut réussir" aussi bien que nous, "particulièrement à la télévision. En revanche, parvenir à faire vivre des personnages aussi humains dans une telle épopée, de créer une héroïne vraisemblable et de maintenir cette dynamique incroyable entre un père et son fils, c'est quelque chose de précieux. John Noble a créé ce magnifique personnage, humain, brisé, torturé, drôle, intelligent et terrifiant. C'est inédit" à la télévision et pourtant il en a fait quelqu'un "auquel on peut s'identifier. C'est quelque chose de très difficile. Peut-être que notre plus grand réussite, c'est John Noble."

[source : Collider]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire