6 octobre 2012

5.02 - In Absentia : la critique

Le plan (In Absentia) est le 2e épisode de la 5e saison de Fringe.

Walter, Peter, Olivia et Astrid retournent à Harvard en compagnie d'Etta. Les Observateurs contrôlent désormais le campus.
Ils vont tout faire pour trouver l'information nécessaire à la poursuite de leur combat et sauver le monde.
Scénario : David Fury et Joel Wyman
Réalisation : Jeannot Szwarc

Avec Georgina Haig (Henrietta), Eric Lange (Gael Manfretti), Robin Jung (ambulancier), Bronwyne Sloley (l'homme chauve dans le labo), Troy Young (le garde loyaliste n°1), Andrew Coghlan (le garde loyaliste n°2), Jennifer Cheon (l'infirmière), Mark Ferns (un Observateur), Abagayle Hardwick (Henrietta enfant)

Première diffusion américaine : Fox - 5 octobre 2012
Première diffusion française : TF1 - 17 juillet 2013

YAHTSEE

"C'est la première fois que j'ai ressenti ça : nous allons gagner." (I felt for the first time that we were supposed to win) G. MANFRETTI

Moins inspiré que le premier épisode de la saison, "In Absentia", écrit lui aussi par Joel Wyman avec l'aide de David Fury, a le mérite d'offrir une approche différente de la série.
La semaine dernière, outre les retrouvailles des héros, on avait brossé à grands traits l'état des lieux et on nous avait re-détraqué Walter. Comment ce deuxième épisode était-il censé enfin mettre sur les rails l'ultime chapitre de la saga ?

Tout comme "Transilience...", "In Absentia" commence avec un rêve, celui d'Olivia, --plus détaillé que celui de Peter, sans doute à cause du désir plus intense qu'elle ressent de découvrir qui est sa fille et de se rapprocher d'elle. Tout comme Olivia, Etta a grandi sans ses parents biologiques, comme elle, elle a dû lutter pour parvenir à se faire une place dans le monde, et quel monde. Tout à la joie des retrouvailles, Peter n'a manifestement pas pris le recul suffisant pour comprendre que rien n'est jamais ni tout à fait noir, ni tout à fait blanc, trait de caractère que sa fille partage avec lui. Olivia devient naturellement à la fois les yeux du téléspectateur et le médiateur.

J'aurais cependant aimé qu'on en apprenne davantage et cela pour deux raisons. D'abord, pour des raisons pratiques. La saison ne comporte que 13 épisodes, on n'a pas le temps de musarder. Ensuite par curiosité. Que s'est-il passé le jour où sont arrivés les Observateurs et pourquoi ils ont enlevé Etta. Est-ce qu'ils ont enlevé tous les enfants ou seulement elle ? Pourquoi Peter a-t-il laissé tomber ?

Du coup, je suis non seulement frustrée par le manque de révélations et agacée par les facilités scénaristiques (en dépit des interdits, et des cartes de circulation, nos héros n'ont pas de problème pour aller jusqu'à Harvard, pour entrer dans les tunnels, etc. A ce compte-là, la Résistance aurait déjà dû triompher cent fois !). A moins qu'elles ne veuillent mettre en évidence un fait majeur : les Observateurs se sentant supérieurs intellectuellement et technologiquement n'imaginent pas qu'on puissent les prendre en défaut, ce qui expliquerait une notion de la sécurité plus que défaillante.

Mais la force de "In Absentia" réside ailleurs. Ce qu'on croit au départ n'être qu'une suite du season première prend une tournure intéressante grâce au fameux grain de sable qu'on n'attendait pas, un garde qui se trouve là alors qu'il n'avait rien à y faire. Une fois de plus, Fringe montre au lieu de se perdre en explications oiseuses. Si le point de vue des Loyalistes (les collabos) est difficile à accepter et peut justifier la réponse brutale des Résistants, le point de vue d'UN Loyaliste, Gail Manfretti, dont le seul but ce jour-là était de nourrir les pigeons, est limpide. Il n'est pas collabo, il est opportuniste. Il veut simplement sauver sa peau à tout prix. Après tout, tout le monde n'a pas l'âme d'un héros. Si le message passe, c'est grâce à l'interprétation épatante d'Eric Lange (un ancien de LOST) qui porte sur ses épaules quasiment tout le contenu émotionnel de l'épisode.

Alors qu'on s'attendait à retrouver nos héros prisonniers de la structure mise en place les saisons précédentes, la dynamique change drastiquement. Etta dirige l'opération, Olivia devient le médiateur et Peter agit enfin. Seul paramètre inchangé, Walter demeure la clé. La course au trésor qui ne manquera pas d'avoir lieu dans les prochains épisodes rappelle la première saison et promet d'être palpitante.
Ces humains du passé insufflent un vent d'espoir et de compassion qui était étranger à l'humanité en 2036. Cela vaut bien qu'on passe l'éponge sur les clichés et les raccourcis du scénario.

Ma note : 7,5/10
Le personnage préféré des lecteurs : Olivia Dunham
Les sous-titres sont disponibles sur le site Addic7ed.

CITATIONS
WALTER : "Pourquoi ne pourrait-on pas aller à Harvard ?" [Why can't we get into Harvard?]
ETTA : "Les Observateurs y sont, Walter." [It's been taken over by Observers, Walter.]
WALTER : "Et bien, ce n'est pas un problème pour quelqu'un qui a pris de l'acide." [Well, that's not a problem for someone who's done acid.]

WALTER : "Tu sais que les Vietnamiens sont friands d'yeux de porc ?" [You know the Vietnamese consider pigs eyes to be a delicacy.]
ASTRID : "Même s'ils sont restés 20 ans dans le formol ?" [Even ones that have been sitting in formaldehyde for twenty years?]

LES GLYPHES
Les glyphes se lisaient FAITH : FOI.

AUDIENCE
Résultats en baisse par rapport au season première. 3,034 millions de téléspectateurs et un indice de 1 point dans le segment des 18-49 ans.

CONTINUITÉ
Walter parle le suédois et le portugais.
• On comprend mieux pourquoi on ne reverra pas Simon Foster à moins de remonter le temps.

Walter, quelque part entre 2012 et 2015 est passé des RedVines aux GrapeVines.

• Reflet....

Walter a laissé des traces de ses manipulations génétiques pendant ces trips (sens propre et figuré). On avait entrevu l'une de ces chimère dans la première saison (Contre nature - Unleashed).


CULTURE
Nights In White Satin par The Moody Blues (1967 - Album Days of Future Passed)
• Le Yahtsee ou Yam's : jeu de société dont le but est d'enchaîner des combinaisons de dés.
LOST : la trappe et la vidéo.


Mars Attacks (Tim Burton) : Les Observateurs semblent avoir adopté les techniques martiennes !

• Difficile de ne pas se rappeler le message de la Princesse Leïa dans Star Wars : "Aidez-moi, vous êtes mon seul espoir." (Help me Obi-Wan Kenobi, you're my only hope.)


Les photos officielles


Des images du tournage d'août 2012

 
 
 
 

18 commentaires:

  1. Point de vue intéressant, en ce qui me concerne j'aurais du mal à mettre plus que 5/10.
    Cet épisode m'a confirmé que je ne suis pas fans du tout de Wyman à l'écriture.
    En 42min on a appris quoi d'important sur la trame principale ? Que le plan de Walter est sur plusieurs cassettes et c'est tout...
    Il nous reste 11 épisodes, en consacrer un dans sa quasi-intégralité aux états d'âme d'un loyaliste était franchement nécessaire ?
    Pour en revenir à l'écriture quand Etta relâche Manfretti, les dialogues à base de "j'ai vu dans ses yeux" c'était tellement cliché qu'on a frôlé le ridicule.
    Ma pauvre Astrid qui fait la plante verte depuis deux épisodes...
    Walter qui a beau être la clé pour vaincre les Observers mais qui n'est plus et ne sera plus jamais le Walter que j'ai adoré dans le passé.
    A mes yeux y'a eu 2 scènes intéressantes :
    - Le moment où Peter retient Etta.
    Le Peter des deux premières saisons aurait eu exactement la même réaction impulsive qu'Etta, ce moment nous montre à quel point le personnage a évolué après toutes les épreuves passées.
    - Olivia désemparée face à la froideur et l'inflexibilité d'Etta juste après la torture. Moment où elle se rend compte à quel point elle ne connait pas du tout sa propre fille.
    Tout le reste c'était aussi vite vu aussi vite oublié malheureusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis complètement d'accord avec toi, mais de mon point de vue, les scènes entre Etta et ses parents rattrapent le reste. d'où ma note surévaluée.
      et j'avoue être très partiale quand il s'agit de Wyman :)

      Supprimer
  2. Sur les photos où il y a Peter et olivia allongés sur l'herbe, la couleur du drap n'est pas la même, l'un est vert et l'autre est rouge?! Quelqu'un a une idée?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui : ce sont les images de deux rêves, l'un de Peter dans le season première, l'autre d'Olivia dans cet épisode.
      mon idée ? ils ont du bol de rêver en couleur !

      Supprimer
  3. Encore le vert et rouge.
    A voir si Wyman va reussir a nous offrir de bon truc.

    On apprend qu'il y a un service ou tout type de manipulation sur des humains on lieu. Pas mal.
    Content d'avoir revus Simon.

    Pour finir concernant le Yams, il s'agit de la combinaison des 5 dés lancés. Ici, la partie se fait avec 5 participant (dés) :
    Walter, Peter, Astrid, Etta et Olivia...
    Bonne nuit.
    6.5/10

    RépondreSupprimer
  4. Je crois être tombé amoureux de Georgina Haig!

    Non plus sérieusement, suis-je le seul à avoir remarqué la "tâche" de sang dans l'oeil gauche de Walter?
    Peut être une coincidence mais je pense que depuis son interrogatoire la Fringe Division est sous surveillance...

    RépondreSupprimer
  5. L'oeil en sang ? t'as pas vu le premier épisode ou quoi ?

    RépondreSupprimer
  6. Oui il a été torturé dans l'episode 1, d'ou la tache a l'oeil.

    Pour les flashs sur Etta enfant, j'ai le sentiment qu'il existerait plusieurs version.

    Je ne parle pas seulement de la couverture vert/rouge.

    Ensuite, si Etta a été enlevé, pourquoi aujourd'hui travaille t'elle pour la team Division? Pourquoi a t'elle gardée le meme prenom?
    Je pense a un piege/plan des Observateurs.

    Vivement le 4eme episode histoire de voir vers ou Wyman nous emmenes.
    Reponse dans 3 semaines a cause du base ball.

    La Fox a le chic pour faire des pause au moment ou les choses vont devenir interressante.

    Suite au decallage, le final sera t'il lui aussi décallé de jour de diffusion, ou peut etre auront nous le droit a une double dose le dernier soir.

    J'aimerais bien que le dernier episode (le 100eme) dure un peut plus longtemps, comme le pilote (1h10).
    MLK

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui m'a le plus marqué dans cet épisode, c'est le bordels qu'ils foutent dans ce labo.
    Ils sont quand même sensés être un minimum discrets quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ils ont pris exemple sur Prometheus ;)

      Supprimer
    2. LOL !!
      D’ailleurs un autre détail m'a tiqué, mais je ne sais plus lequel ^^'
      Faut que je matte à nouveau l'épisode

      Supprimer
  8. Encore une GROSSE difference de remarqué :

    Dans le 4x19, lorsque Walter est éjecté de l'ambre, il porte sa veste et un chapeau. Donc il a été amberisé ainsi.

    Pourtant, à la fin du 5x02, on peut voir Walter avant d'Amberiser tout le monde. Il porte sa blouse blanche et rien sur la tete!!!!!!!

    Que se passe t'il? Est ce un autre monde?

    Je crois que Wyman nous reserve quelque chose de gros. Il y a trop de difference.... A voir

    RépondreSupprimer
  9. walter est amberisé en blouse blanche, mais dans le 4x19 il porte un chapeau et sa veste!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Walter ne s'est pas amberisé à ce moment là. Il a amberisé la caméra seule. Pas lui puisque qu'on l'a trouvé ailleurs ;)

      Supprimer
  10. Comme dit dans un commentaire plus haut, l'épisode vaut surtout pour les points de vue différents qu'ont Olivia et Etta suite à leurs expériences. Très intelligent de ne pas faire tomber la mère et la fille dans les bras l'une de l'autre.
    C'est d'ailleurs je suis d'autant plus déçu qu'Etta libère le loyaliste, et surtout le montre à Olivia. C'aurait été bien plus intéressant qu'elle l'abatte de sang-froid, confirmant sa froideur et sa sans-pitié, promettant ainsi des scènes extrêmement tendues entre les deux femmes. Là, on se dirige tout droit vers des personnages qui vont finalement être d'accord sur la manière d'agir, sans conflit, ce qui est quand même beaucoup moins intéressant.
    Et le coup de la chasse aux cassettes, sachant qu'après il faudra mettre au point le plan pour vaincre les Observers, ça ne m'emballe pas beaucoup. Vu qu'il reste 11 épisodes (dont logiquement un pour expliquer les évènements entre l'invasion des Observers et l'ambrisation de la Fringe-team), ça me semble très peu pour développer quelque chose de construit et de cohérent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le consensus mou et le jeu de piste, j'espère que ce n'est pas ce qui sera au menu pour la suite !

      Supprimer
  11. et donc le loyaliste relâché à la fin, ils espèrent qu'il va rien dire sachant qu'il sait qu'ils sont dans le sous sol d'havard, ils sont naifs, surtout que ça devient une question de survit du plan et plus d'émotions, mais ouf le loyaliste décide qu'il va aider la résistance et pas juste dire à ses potes de faire un raid surprise, sinon le plan aurait pu sauter! les nazes

    RépondreSupprimer