28 octobre 2012

5.04 - The Bullet That Saved the World : la critique

La balle qui sauva le monde
(The Bullet That Saved the World) est le 4e épisode de la 5e saison.

Etta, Peter, Olivia, Walter et Astrid continuent de rechercher les artefacts dissimulés. Phillip Broyles revient mais est-il encore digne de confiance ?
Scénario d'Alison Schapker
Réalisation de David Straiton
Avec Georgina Haig (Henrietta Bishop), Michael Kopsa (le capitaine Windmark), Edward Foy (Holden), Michael Rogers (l'Observateur dans la salle d'interrogation), Andrew Hedge (l'Observateur sous le pont), H. A. Hunter (le brocanteur), Key Kieler (le loyaliste au tracker), Peter Abrams (agent de sécurité), Steve Makaj (commandant loyaliste), Jaren Moore (garde loyaliste #1), Nathan Dales (garde loyaliste #2), Graham Myers (garde loyaliste #3), Sean Baden (chef des gardes), Noah Beggs (un loyaliste qui hurle), Terrance Leigh (un loyaliste qui hurle #2), Alan Silverman (aide de camp de Windmark), David Thompson (Observateur), Charles Zuckermann (Observateur au poste de contrôle), Phillip Mitchell (Observateur au poste de contrôle), Austin Middleton (l'enfant vagabond), Jordan Schartner (un Observateur)

Première diffusion américaine : Fox - 26 octobre 2012
Première diffusion française : TF1 - 24 juillet 2013
"Si tu veux faire rire Dieu, dis-lui ce que tu vas faire."
[If you want to make God laugh, tell him your plan]
"J'ai trouvé ce qui restait de ton vieux coffret à bijoux. Et dedans, il y avait cette boîte d'allumettes. Je l'ai secouée et il y avait ça. Je me suis dis que c'était important, sinon tu ne l'aurais pas gardée." ("I found what was left of your old jewelry box. And there was this matchbox inside. I shook it and found this. I figured it had to be important, or you wouldn't have kept it.") Etta
Après deux semaines d'attente interminable et un Recordist en petite forme, le 4e épisode de la saison arrivait enfin pour apporter le point d'orgue au premier acte de cette dernière saison de Fringe.
Deux faits majeurs : le retour d'un personnage central et la mort brutale d'un autre. Avec en filigrane une constante. Quoiqu'il fasse, Walter est toujours responsable de ce qui arrive aux protagonistes de l'histoire.

[Mise en garde : si vous n'avez pas encore regardé The Bullet That Saved the World, si vous êtes resté suffisamment loin d'Internet et des réseaux sociaux et que vous ne savez absolument rien de l'épisode, n'allez pas plus loin !]

J'attendais que Walter ait enfin l'opportunité cette saison d'être le héros qu'il devait forcément devenir s'il voulait sauver l'humanité et atteindre la rédemption. Si on ne peut lui reprocher de s'être fait lobotomisé d'entrée par Windmark, il n'en reste pas moins vrai que c'est encore une fois sa mégalomanie et son orgueil qui risquent d'être la source de l'échec qui guette nos amis au tournant. Passe encore qu'il se soit servi de K7 pour enregistrer ses messages (sentimentalisme, j'ose l'espérer, plutôt que clin d'œil à LOST, d'autant que dans LOST il s'agit de film et non pas de K7), et qu'il éparpille son plan aux quatre coins de Vancouver Boston. Pourquoi, en 2015, n'a-t-il pas accordé d'importance aux endroits stratégiques susceptibles d'être aux mains de l'ennemi quand il voudrait récupérer les pièces de son puzzle ? C'est sans doute un génie, mais un génie idiot.

Autre genre d'idiots, les Observateurs qui ont brillé depuis le début de la saison par leur incompétence. Sont-ils eux aussi aveuglés par leur orgueil et leur omnipotence ? S'ils sont toujours incompétents cette semaine, ils compensent leur manque de professionnalisme (Broyles reste libre d'agir à sa guise en dépit des casseroles qui s'accumulent, le labo n'est pas détruit ou du moins mis sous séquestre et sous haute surveillance, ils se servent d'Etta comme appât) par des actions définitives (la mort d'Etta). A leur décharge, on peut dire qu'ils sont complètement étanches à des émotions humaines qu'ils ne comprennent pas. Ce qui les rapprocheront bizarrement de Walter dans (au moins) l'une de ses multiples incarnations.

Car une fois de plus, c'est l'amour, moteur de toute l'histoire, qui causera la perte d'un personnage. Si Peter n'avait pas agi comme s'il pouvait faire ses courses sans se soucier de l'Occupant qui rôde, Etta serait encore en vie. Certes nouvelle dans le Fringevers, elle avait cependant conquis les fans en dépit de cinq petits épisodes à son compteur. Peter et Olivia la retrouvent donc pour la perdre de façon brutale. Tout aussi inattendue que la disparition de Charlie Francis, elle ampute la série d'un personnage qui était important autant sur le plan stratégique que d'un point de vue passionnel. La réaction de Peter est absolument incroyable, et comme je l'ai souvent dit ici, Joshua Jackson excelle dans ce type de scènes.

Dommage que cette métaphore de l'amour et du sacrifice soit noyée sous un fatras de détails oiseux, comme Walter et son sous-sol magique, Broyles agent double (franchement, est-ce que celui que cela a surpris lève le doigt) ou le brocanteur au grand cœur.
Je suis persuadée que sa disparition est bien plus productif pour le développement de l'intrigue. Il s'agit bien sûr d'un ressort dramatique destiné à orchestrer le clivage prochain de l'équipe. Je laisserais donc ce premier acte reposer en paix tout comme Etta Bishop, pour me concentrer sur la suite. J'appelle de mes vœux un revirement drastique. Car en dehors de la fin tragique d'Etta, nous n'avons pas avancé d'un pouce cette semaine. Peter pourrait par exemple suivre les traces de son père et détruire l'univers pour retrouver sa fille.


Ma note : 8/10

WALTERISMES
"Si on continue comme ça, on sauvera le monde dans 21 ans. Et tu sais quel âge j'aurais à ce moment-là. Je n'ai même pas envie de calculer." [At this rate, we will save the world in another twenty-one years. And you know how old that will make me. I don't even want to do that math.]
"Astrif... prépare le laser." [Astrif... prepare the laser.]
"C'est du chinois pour moi, sauf que je peux lire le chinois. C'est de l'araméen, enfin pas le dialecte de l'Ouest que j'arrive à comprendre." [This is Greek to me, except that I read Greek. This is Aramaic to me. Not the Western Dialect. I do speak a little.] 
 
INDICES ET TRIVIA
• Les glyphes se lisaient WOUND : BLESSURE.
• On trouve des papillons dans le sous-sol du labo.

• Est-ce une référence au manifeste ZFT de William Bell ?

On ne sait toujours pas d'où vient cette balle que porte Etta autour du cou et qui selon Peter a sauvé le monde. Certains lecteurs ont émis la théorie qu'il s'agirait de la balle tirée par Walternate et qui a tué Olivia, ce qui évidemment ne tient pas puisqu'il aurait fallu qu'Olivia et Peter ne soient pas ambérisés en 2026 [Le jour de notre mort - The Day We Died]. Plus probablement, il s'agit de la balle tirée par Walter dans Big Bang (Brave New World - part 2), le season finale de la saison 4.
• S'agit-il du plan de September transmis à Walter pour défaire les Observateurs ? Cela expliquerait que ce type de physique soit trop avancée pour que même un génie tel que lui n'y voit que du charabia.

• Quand il était petit, Walter collectionnait les bandes dessinées policières.

AUDIENCE
• L'épisode a réuni 2,638 millions de téléspectateurs soit un indice de 0,9 dans le segment des 18-49 ans.
• Le personnage préféré des lecteurs : Etta.


TWITTER

CONTINUITÉ
• Dans la boutique, un rappel à August, l'Observateur "romantique".

• Dans la cache de Walter, on retrouve, entre autres, une voiture miniature qui a servi à démontrer ce qui est arrivé à Olivia dans Descente souterraine (Night Of Desirable Objects), la main vitrifiée de Bombes humaines (Fracture), l'homme porc-épic de Métamorphose (The Transformation), l'hydre de Médecine alternative (Snakehead) et l'écran transdimensionnel grâce auquel Walter et Bell espionnaient la réalité parallèle dans L'histoire de Peter (Peter).

• C'est dans L'épreuve (AbilitY) que l'ont voit pour la 1ère fois les effets de la toxine de Jones que Walter a conservée.

• C'est à la Newark-Penn Station que Walternate faisait l'échange entre FauxLivia et Broylesnate dans Le retour (Entrada).

• Bande annonce de l'épisode suivant : martyre.

• Qui est the Dove ? Nina ? Broyles ? On apercevait la colombe en question dans The Recordist.


CULTURE
•  "Kilroy Was Here".

Simon Says (en français Jacques a dit) est un jeu électronique édité par Hasbro en 1978 et très en vogue dans les années 80. Peter en possédait un dans notre univers ou celui d'en face.
On peut aussi penser qu'il s'agit d'une référence au personnage de Simon Foster (Henry Ian Cusick) disparu prématurément de la série.


Musique : Jazz Me Blues par Les Paul
• La famille Bush possède une résidence secondaire à Kennebunkport dans le Maine.  

LES PHOTOS

les coulisses
Tournage de septembre 2012

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

16 commentaires:

  1. La balle est celle que Walter enlève de la tête d'Olivia dans le dernier épisode de la saison 4.

    RépondreSupprimer
  2. Cette balle est bien celle du dernier épisode de la saison 4 puisque Walter a sauvé le monde en tirant sur Olivia. Il ne faut pas chercher loin quand on a la reponse juste sous son nez! Je ne comprends pas le gens qui veulent des réponses mais ne les voient pas quand on le leur donne! A la fin de la série, ceux là memes iront dire "mais où sont les reponses à nos questions?"

    RépondreSupprimer
  3. Respire profondément Belloïs ça va aller, oui ça semble évident qu'il s'agit de la balle du finale de la saison 4 mais à aucun moment on a la confirmation formelle dans la série c'est tout. ;)

    Sinon j'avoue ne pas comprendre cette phrase : "Si Peter n'avait pas agi comme s'il pouvait faire ses courses sans se soucier de l'Occupant qui rôde, Etta serait encore en vie."
    Les observers ont été mis sur la piste du labo de Harvard par le loyaliste infiltré qui a échoué à un test et ensuite ils sont retrouvés à cause de l'émetteur collé à leur voiture... je vois pas trop en quoi Peter peut être responsable de la mort d'Etta.

    Après je partage ton avis concernant les trop grosses ficelles utilisées à propos des k7 de Walter et des observers qui n'ont pas inventé l'eau chaude mais je suppose que ces négligences sont nécessaires pour faire une saison 5... si on est objectifs avec les pouvoirs qu'ont les observers nos héros auraient du se faire attraper dès les premières minutes du premier épisode. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quand même un gros plan sur la balle à la fin du dernier épisode de la saison 4 qui ne laisse pas planer le doute!

      Supprimer
    2. "j'avoue ne pas comprendre cette phrase : "Si Peter..."

      quand on est recherché, on évite d'attirer l'attention

      Supprimer
  4. Bien sûr que cette balle est celle que Walter a tirée en fin de saison 4, puis extraite du cerveau d'Olivia, puisque la balle tirée par Walternate dans la saison 3 ne peut pas être en la possession d'Olivia, dans la mesure ou Peter n'a pas quitté la machine, il a juste eu un aperçu de ce qui serait arrivé au cas ou il sauve juste notre univers à la fin de la saison 3. Je crois que Whyman essaye de créer du suspens et l'effet de surprise dans cette dernière saison, mais que le prix à payer est du plus mauvais goût, RIP little Etta. Il en vient même a récupérer des vieux trucs de la saison 1 (la toxine) pour nous insufler un peu de l'énergie positive et constructive qui règnait alors dans le lancement de la série (10 Millions de spectateurs chaque semaine), comme un message subliminal qui voudrait justifier ses choix dans la saison 5, en l'inscrivant dans la continuité des heures de gloires de la série. Kaa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il en vient même a récupérer des vieux trucs de la saison 1 pour nous insuffler un peu de l'énergie positive et constructive qui régnait alors dans le lancement de la série"

      c'est plutôt un bel hommage et un cadeau pour les fans de la première heure !

      Supprimer
  5. Dans la cache de Walter, on peut aussi voir la petite poupée qui crachait une poudre bleue et qui cassait tous les os des personnes recevant cette poupée

    RépondreSupprimer
  6. depuis l'épisode 19 de la 4eme saison les observateurs et les loyalistes ont subi de terribles pertes à cause de leurs incroyable maladresse, les observateurs qui tombent comme des mouches malgrès une supériorité évidente et les loyalistes qui se défendent un peu plus mais bon.. et pourtant j'ai pas l'impression que ça les touches plus que ça. je me demandais si c'était un manque de réalisme ou si les observateurs en ont vraiment rien à foutre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on peut vraiment se poser la question et même la retourner dans tous les sens : la vraisemblance ne fait manifestement pas partie du cahier des charges.
      après tout Etta est identifiée contre faisant partie de la Résistance sans que cela ne soit apparemment suivi d'effets. nos héros opèrent en toute impunité à Harvard, Broyles arrive à s'enfuir EN VOITURE ! avec les équations de September... je pourrais rallonger la liste mais ça ne sert à rien ;)

      Supprimer
  7. Il vaut mieux ne pas se poser trop questions. C'est Fringe. Le plus important c'est que nous passions un très bon moment avec nos héros, même si c'est quelquefois invraisemblable. Ils vont tellement nous manquer après le 25 janvier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TU AS RAISON NE BOUDONS PAS NOTRE PLAISIR.

      Supprimer
  8. De toute façon Etta n'est pas morte car ça m'étonnerait que la série se finisse en 2036

    RépondreSupprimer
  9. Titre Vf : la balle qui sauva le monde

    RépondreSupprimer
  10. Regardant les épisodes en replay après la diffusion sur TF1, je ne suis pas aussi avancé que beaucoup d'entre vous mais personnellement, je trouve que cet épisode est le meilleur du début de saison même si c'est vrai qu'il y a des incohérences grotesques.

    Étant jeune papa d'une petite fille (p'tit coucou en passant !) la mort d'Etta m'a fait un choc, même si j'ai l'impression que Windmark nous cache des choses.

    Je voulais aussi vous remercier chère Xeen pour ce site qui permet de toujours garder un pied dans l'univers de Fringe malgré l'arrêt brutal de la série.

    RépondreSupprimer
  11. A noter le moment tordant quand Walter se fait électrifier et qu'il sort à moitié hilare :"ha oui, triple décharge, carrément"!! Excellent!

    RépondreSupprimer