18 novembre 2012

5.07 - Five-Twenty-Ten : la critique

Cinq Vingt Dix (Five-Twenty-Ten) est le 7e épisode de la 5e saison de Fringe.

Scénario de Graham Roland
Réalisation de Eagle Egilsson

Avec Shaun Smyth (Anil), Michael Kopsa (le capitaine Windmark), Michael Rogers (Mueller), Marco Soriano (Royce), Gabe Khouth (Hastings), Jordana Largy (la femme du vestiaure), Raahul Singh (le barman), Samantha Claude (l'assistante de Nina), Ted Cole (l'Observateur dans la voiture), Victoria Waterhouse (la femme en rouge), Shaun Stewart (un conducteur), Robbie Segulam (un conducteur)

Première diffusion américaine : Fox - 16 novembre 2012
Première diffusion française : TF1 - 7 août 2013

Marathon Man
"Vous avez poussé vos expériences jusqu'aux limites de la science, à la frange de l'univers. Vous avez ressenti le pouvoir ultime lié à la toute puissance." (You both tested the limits of science, of the universe. You felt that boundless power that comes with omnipotence.)
Nina Sharp
Le chat est sorti du sac comme disent nos amis anglo-saxons : Peter est un Observateur.
Même si je suis ravie, je ne peux que constater qu'une fois de plus, les producteurs font le contraire de ce qu'ils disent. Combien de fois Jeff Pinkner et Joel Wyman ont-ils déclaré que non, Peter ne serait jamais un Observateur ? Je n'ai pas assez de doigts pour les compter. Même si ça me fait redouter une fin à la LOST (et bien oui, je suis toujours bloquée là-dessus), Five-Twenty-Ten est sans doute le meilleur épisode de cette saison et l'un des meilleurs de la série grâce à sa structure. Cette fois, le parallèle s'établit entre un Walter terrorisé par la peur de perdre son humanité et un Peter qui le recherche activement, d'une façon sans doute un peu trop irréfléchie et téméraire. La course contre la montre continue désormais à plusieurs niveaux.
En dépit du raté de la semaine dernière, cette saison a enfin trouvé son rythme et un grand nombre de pièces se sont mises en place dans ce 7e épisode dont la narration est proche de la perfection. La lutte est à tous les étages. Celles de Walter et Peter que je viens d'évoquer, celle d'Olivia, qui essaie de sauver son couple et de comprendre ce qui arrive à Peter, celle des Observateurs pour transformer le monde. Le retour de Nina Sharp, et avec elle de la thématique Bell, apporte la touche de cohésion qui manquait depuis la rentrée.
Parlons tout de suite de l'évidence au risque d'enfoncer des portes ouvertes : pourquoi John Noble n'a-t-il pas collectionné les statuettes depuis que Fringe a commencé sur la Fox ? Une fois encore, il démontre que des dialogues qui pourraient être à la limite du ridicule dans la bouche de quelqu'un d'autre, deviennent parfaits quand il les interprète. Il mérite notre gratitude éternelle !
Les scènes entre Nina et Walter démontrent, s'il en était besoin, ce que deux grands comédiens sont capables de faire à la télévision. Les dialogues de Nina sont loins d'être stellaires, mais elle les transforme en quelque chose d'absolument unique. C'est d'autant plus perturbant qu'il ne reste que 6 épisodes. Blair Brown est un des grands atouts de la série, quel dommage qu'on ne lui ait pas trouvé une petite place plus tôt.
Dans le même ordre d'idée, si je regrette qu'Anna Torv soit sur le banc de touche cette saison, je reconnais bien volontiers que Joshua Jackson s'est révélé dans cet épisode. Il est plus que convainquant dans la peau d'un Observateur en pleine transition et franchement, moi, il me fout les jetons. C'est le but, non ?
A ce stade, tout peut arriver, le meilleur comme le pire. On en a eu un aperçu avec la mort prématurée d'Henrietta. Maintenant que Peter a embrassé sa nouvelle nature, la course au trésor de Walter paraît moins vaine. Mais surtout, cet épisode parvient à faire ce que Fringe n'était jamais parvenu à réaliser jusqu'à présent, un parallèle bouleversant entre Walter et Peter, Peter et Olivia, Walter et Bell et Nina et Bell.
Suis-je la seule à avoir imaginé la réaction d'un William Bell manchot dans un prochain épisode ? Qu'il se procure une main bionique en piochant dans la base de données des Observateurs serait-il la clé de la main de Nina Sharp ?
Deux choses continuent de me chiffonner néanmoins. Dans le Fringevers, il semblerait que l'intelligence mène forcément à entrer en collusion avec les forces du mal. Que dire de Walter qui ne veut pas redevenir l'homme qu'il était et pense que l'amour va le sauver du mal ? Que fait-il du libre arbitre ? Que s'est-il vraiment passé en 2015 ? Après tout Walter s'est déjà trompé sur William Bell. L'allusion à Marathon Man, que Walter confond avec la réalité appelle une autre lecture. Lui aussi a subi la torture, tout comme le personnage de Dustin Hoffman dans le film. Alors est-ce la mise en place du plan et la course au trésor qui importent ou le cheminement/la quête et l'expérience acquise en cours de route ? Au final, on ne peut compter que sur soi.
Peter se transforme en Observateur pour lutter contre les… Observateurs. Ironique, direz-vous. Mais. Car il y a un mais. Si la technologie le change au point qu'il préfère se réfugier dans le mensonge et la dissimulation, est-il si différent de ceux contre lesquels il a engagé un combat oblitéré par sa soif de vengeance ?
Que ce soit des bouts de cerveau ou une technologie hybride, dans Fringe, avoir un intellect hors du commun mènerait à la corruption. Drôle de concept. Si c'est le but de la démonstration, j'ai hâte qu'Olivia se rappelle qu'elle a peut-être encore un peu de Cortexiphan dans son organisme et qu'elle se change en Maléfique dans le prochain épisode. Mais surtout, j'appelle de mes vœux une remise à zéro des compteurs d'ici le 18 janvier avec un retour en 1985…. que September se contenterait d'observer sans intervenir.
Pour finir, je dirais que la mise en scène ultra-dynamique et les plans audacieux d'Eagle Egilsson permettent à cet épisode qui, somme toute, n'apportait pas grand chose de plus à la thématique ou la narration, de se hisser dans le top ten.

Ma note : 9,5/10

WALTERISMES
"Allez, le monde ne va pas se sauver tout seul." (Get started. The world's not going to save itself.)
"Au laser, Agnès, sortons cette main de l'ambre." (Fire up the laser, Agnes. Let's get that hand out of amber.)
"Je tapais de l'acide juste à côté et je regardais les bateaux qui entraient dans la baie."." (I used to drop acid right over there, and watch the ships come in from the bay.)
"Belly, espèce de monstre ! Non seulement tu m'as envoyé à l'asile, tu as détruit notre amitié mais tu as aussi pillé ma collection de vinyles." (Belly, you monster! It's not enough that he institutionalized me, betrayed our friendship, but he pilfered my record collection as well!)
"Si tu n'as pas pu l'empêcher, c'est parce qu'il ne t'aimait pas. Il n'a jamais aimé que lui." (The reason you couldn't hold onto him is because he never loved you. He never loved anyone
except himself.)

LES INDICES
• Les glyphes se lisaient TRUST = CONFIANCE.

• Dans L'enfant sauvage (Inner Child), le jeune empathe communiquait par signe. On retrouve la flèche sur le mur devant les ruines de Kelvin Genetics.

• Le numéro du taxi [5256] a-t-il une importance ?

• L'indice du prochain épisode : ORACLE.


THÉORIES
Peter se transforme en Observateur. Mais qui est vraiment Peter ? L'enfant empathe qu'on va bientôt retrouver ? Quel est son lien de parenté avec September ? Henry jr a-t-il un rôle à jouer ? Car Nina Sharp semble avoir conservé le rôle de figure maternelle qu'elle avait acquise auprès d'Olivia avec l'effacement de Peter à la fin de la 3e saison, ce qui indiquerait une ligne floue entre les différentes réalités alternatives de la série. Tout reste donc impossible/possible.
La preuve en est ces deux images qui avaient choqué les téléspectateurs dans L'enfant sauvage. Quel univers est-il le bon en définitive ? Celui -ci ou son reflet ?


AUDIENCE
Avec 2,697 millions de téléspectateurs, l'indice reste stable dans le segment des 18-49 ans avec 0,9.

CONTINUITÉ
• Dans le pilote, les occupants du vol Glatterflug 627 meurent victimes d'une maladie qui ronge les tissus.

• On voyait pour la première fois les cylindres dans L'Observateur (The Arrival). Quelques caractéristiques des Baldies rappelées dans l'épisode : la nourriture épicée, les problèmes respiratoires (les marchands ambulants vendent du gaz carbonique) et bien sûr, le couvre-chef !

Walter coupe la main de William Bell dans Armée secrète (Letters of Transit).
Kelvin Genetics , société spécialisée dans la création de codes génétiques créée par Bell et Walter, ferme ses portes après 22 ans d'activité selon un article retrouvé dans l'appartement de Nick Lane dans l'épisode Terreurs nocturnes (Bad Dreams).

• Dans Retour à Jacksonville Walter se sert de la même combinaison pour entrer dans le centre désaffecté de Floride. Il l'utilise encore dans Armée secrète (Letters of Transit) pour récupérer les échantillons conservés par Massive Dynamic.


CULTURE
• La bataille d'Hastings opposait le dernier roi anglo-saxon, Harold Godwinson, à Guillaume le Conquérant, duc de Normandie. Elle consacra le début de sa conquête de l'Angleterre.

Marathon Man est un film américain réalisé par John Schlesinger, sorti en 1976, et adaptation du roman éponyme de William Goldman.
• Les plus jeunes ne connaissent que la version de Nirvana de la chanson "The Man Who Sold The World" tiré de l'album éponyme, 3e LP de David Bowie sorti en 1970 aux États-Unis et en 1971 en Grande-Bretagne.



Paroles et traduction de The Man Who Sold The World (L'homme qui a vendu le monde) lacoccinelle.net

We passed upon the stair Nous passions sur les escaliers
We spoke of was and when Nous parlions de quand et d'où
Although I wasn't there Bien que je n'étais pas là-bas
He said I was his friend Il disait que j'étais son ami
Which came as some surprise Ce qui vint comme une surprise
I spoke into his eyes Je lui parlais droit dans les yeux
I thought you died alone Je pensais que tu étais mort seul
A long long time ago Il y a très très longtemps

Oh no, not me Oh non, pas moi
I never lost control Je n'ai jamais perdu le contrôle
You're face to face Tu es face à face
With the man who sold the world Avec l'homme qui a vendu le monde

I laughed and shook his hand Je riais et serrais sa main,
And made my way back home Et reprenais le chemin de chez moi
I searched for form and land Je cherchais au loin une forme et une terre,
For years and years I roamed Pendant des années et des années j'errais
I gazed a gazely stare at all the millions here Je contemplais d'un regard fixe tous les millions ici
We must have died along J'ai dû mourir seul
A long long time ago Il y a très très longtemps

PHOTOS DE PROMO

L'APPLI FOXNOW

PHOTOS DE TOURNAGE


13 commentaires:

  1. La rapidité avec laquelle Peter se transforme en Observateur est effrayante.... C'est comme s'il était fait pour ça ! The Boy is important. Et si dans une autre timeline, celle des observateurs, il était leur ancètres direct... Cela expliquerait tant de bizarrerie.

    RépondreSupprimer
  2. Dans le teaser de l'épisode 509, Windmark dit que tout dans l'histoire s'est mis en place comme il le souhaitait, et si Peter sait ce que fait Windmark, pourquoi WIndmark ne saurait pas ce que fait Peter ? Le fait que peter se transforme en observateur ferait donc le jeu des observateurs. Je n'ai pas vu que J. Jackson était chauve dans les photos de tournage des prochains épisode. Je pense que d'une manière ou d'une autre Peter et pour une centaine de bonnes raisons, la tech va devoir être enlevée du cerveau de Peter. Olivia 223 'I have thought of hundred reasons why you should come back, to take care of Walter, to fight the shapeshifters (Obbservers), to save the world, but in the end you have to come back because you belong with me). Parole de shipper bien sûr ! - Kaa.

    RépondreSupprimer
  3. Enfin un bon épisode, après celui de la semaine dernière où je me suis franchement ennuyée ! Joshua Jackson fait (enfin) passer quelque chose. John Noble est toujours excellent, avec un regard et une expression du visage différents selon la facette de sa personnalité exprimée, sans en faire trop.
    J'ai hâte de savoir quel lien l'enfant chauve a avec September, Peter et Olivia, de savoir ce qui s'est passé en 2015, d'en savoir plus sur les Observateurs (où sont les observatrices ?).
    En revanche, je serais super déçue si ton idée, Xeen, d'un retour en 1985 avec, finalement, un reset complet, se réalisait... Je me dirais : tout ça pour ça ???
    C'est mon 1er message ici, alors j'en profite pour dire : super blog, super boulot, Xeen, merci !

    RépondreSupprimer
  4. Si Windmark a vraiement tout prévu des actions de la Résistance, ça expliquerait tous les manquements des Observateurs depuis le début de la saison 5. Mais pourquoi laisser Peter devenir Observateur, ses lieutenants se faire massacrer, les convois stoppés ?
    Mais ce qui m'étonne le plus, c'est l'absence totalement inexpliquée de Septembre. Décembre lui a-t-il fait assumer les conséquences de ses actes ? Où sont les Observateurs originaux ?
    Et quel rapport entre deux balises, des pierres et un enfant du futur ? Je pense qu'on va vraiement être surpris. Déjà que le retour du jeune empathique était inattendu...
    Vivement le prochain épisode.

    RépondreSupprimer
  5. Moi, je veux pas de reset de 1985 pour le final de Fringe, c'est certain. Ca me donnerait l'impression de revivre le final de BSG 2003. Pour moi la fin de Fringe, c'est l'enfant empathe devenu September et fils de Peter et Olivia. Un Walter complètement indépendant de Peter et ayant appris à faire la paix avec lui-même, un Peter mature et pourquoi pas à la tête de la Fringe Division voire le médiateur des Observateurs (Observateurs September-like bien sûr) ? Et pour Olivia, je la vois bien bosser avec Nina Sharp au ministère de la science. Happy ending, pas vraiment... Je vois plutôt une fin à la Hunger Games : La Révolte, à la fois pleine d'amertume et en même temps avec de l'espoir et surtout que ça reste dans la continuité de ce qu'est Fringe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça va être chaud en seulement 6 épisodes....

      Supprimer
  6. D'ailleurs, je sais pas si je suis la seule à avoir remarqué ça mais vous trouvez pas comme un air de famille, une ressemblance entre Etta et September ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un homme chauve, imberbe et sans sourcil ressemble à n'importe qui.

      Supprimer
  7. J'ai lu cette analyse et je trouvais ça brillant. Merci beaucoup ! Expliquer une série SF melo-dramatique n'est pas chose facile et c'est toujours agréable d'avoir à faire au talent d'écriture et de commentateur. J'aime cette série énigmatique et relevé les subtilités est un sacré défi. Donc Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Le titre de l'épisode est la traduction du titre original : cinq vingt dix. Le titre de l'épisode suivant est : le genre humain. Source : http://www.mon-programme-tv.be/chaine/16072013/24/programme-television-RTBF-1.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.fringedivisionfrancaise.com/2013/06/saison-5-les-titres-francais_28.html

      Supprimer