14 janvier 2013

Joel Wyman : "Il faut se concentrer sur ce qui est important"

C'est au scénariste/réalisateur/producteur exécutif et unique showrunner de la série depuis la rentrée de septembre 2012 qu'incombe la tâche de conclure la saga. Il a conçu la dernière saison sur la base du 19e épisode de la saison précédente Armée secrète (Letters of Transit) dont il s'était servi pour promouvoir une ultime saison de Fringe auprès des studios.
Ce vendredi, c'est avec l'épisode qu'il a écrit et mis en scène que se terminera cette aventure de cinq ans. Ses priorités : donner satisfaction aux fans qui ont suivi la série depuis le début et mettre en avant les émotions.
"Nous avons fait de grandes choses, et on s'est aussi trompé en cours de route," admet Wyman. "On a fait des erreurs, mais au final, dans cette histoire, ce qui compte pour les spectateurs et les fans, c'est avant tout les personnages."
"Il faut faire attention de ne pas se laisser aveugler par l'intelligence d'un script. Si vous tombez dans ce piège, c'est mauvais pour la série parce que vous perdez de vue le principal. J'ai toujours su que Fringe parlait de gens plus que de science fiction et c'est pour cela que le public a suivi. Je pense que tous les scénaristes peuvent en prendre de la graine, et c'est ce qui m'est arrivé d'ailleurs. Un scénario ne marche pas s'il est simplement intelligent, il faut des émotions."
"Maintenant que nous avons jonglé avec toutes ces possibilités, il faut que nos personnages arrivent au port et que ça ait un sens mais aussi qu'on touche le public. Pour moi, Fringe est une métaphore sur la difficulté d'avoir une famille aujourd'hui. C'est très difficile d'avoir du temps pour les autres. C'est très difficile d'arriver à faire en sorte que ça marche. Cela peut demander des efforts extraordinaires. Je veux que les gens regardent ce dernier épisode et puissent se dire 'Oui, je comprends qu'on puisse aimer quelque chose plus que tout, qu'on puisse aimer sa famille et vouloir qu'il ne lui arrive rien'. C'était primordial pour moi."
"Il y avait probablement trois ou quatre fins possibles. Tout le monde avait son idée. De mon point de vue, et je parle en tant que fan de télévision, le spectateur veut que les personnages qu'il a suivi reçoivent enfin ce qu'ils méritent. Il y aura des choses qu'on attend, d'autres qu'on espérait. Mais je veux qu'on ressente que ce qu'ils ont, c'est parce qu'ils se sont battus pour l'avoir. Je ne veux pas qu'il reste des questions qui prêtent à confusion. Je veux qu'on puisse tourner la page."
"Mais surtout, ce que je recherche, c'est qu'on ressente que l'espoir existe, qu'après avoir vu le mot fin, en y repensant le lendemain on puisse se dire, tout ira bien."
"Si les gens pensent ça, j'aurais réussi."
[source : canada.com]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire