14 janvier 2013

John Noble : "Walter était fait pour moi"

Fringe, en dépit de sa longue carrière sur les planches, au cinéma et sur le petit écran, était une première pour le comédien australien John Noble.

"Faire quelque chose de cette nature, c'était nouveau pour moi," a confié Noble. "Je ne me suis jamais engagé pour cinq ans. Faire partie d'une série qui a su parler à l'imagination du public, c'est un peu surréaliste, pour être tout à fait franc. Où que j'aille, on m'arrête dans la rue pour m'en parler, pour me poser des questions. C'est toujours surprenant, cet amour du public pour une série. J'ajouterai que c'est une chance unique d'avoir pu interpréter un personnage comme Walter. Tous les acteurs en rêvent. J'imagine que la combinaison de ces deux facteurs fait que ces cinq années ont été mémorables."

L'humilité de celui qui a mis en scène plus de 80 pièces dans le monde entier, dirigé une troupe théâtrale en Australie avant de devenir le responsable d'une école d'art dramatique à Sydney est sans bornes.

"Je crois que quand vous commencez votre carrière, vous vous attendez à relever des défis. Vous rêvez de ce que vous pourriez jouer ou pas. Mais ce qui se passe, c'est qu'on vous enferme dans une niche au bout d'un certain temps. C'est ce qui m'est arrivé. J'ai joué beaucoup de méchants pas vraiment méchants, des personnages sérieux, surtout à la télévision. Je vais être honnête, la plupart du temps, vous ne choisissez pas ce que vous jouez. On vous propose un rôle, c'est tout. J'imagine que c'est différent pour les acteurs très connus mais pour la majorité d'entre nous, la gageure, c'est de trouver un rôle qui a un potentiel. Je n'ai pas des centaines de scénarios à lire. Je ne sais pas comment font les autres. Moi, je ne le fais pas.

Ce que recherche avant tout le comédien, c'est la diversité. Ce n'est pas de se mettre en scène qui l'intéresse, c'est avant tout le rôle.

"Je suis un acteur de genre. Ce que je cherche en priorité, c'est un rôle intéressant. Je me souviens d'avoir lu le rôle de Walter et de m'être dit qu'il était fait pour moi. Je l'ai su avec une totale certitude. Ce n'est pas la tête qui parle, c'est l'instinct. Mais il y a des choses que je ne ferais jamais," conclut Noble.

[source : blastr, scifivision]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire