22 janvier 2013

L'après Fringe : quelle place reste-t-il pour la science fiction à la télévision américaine ?

Alors qu'a retenti vendredi dans le Fringevers un hurlement de désespoir collectif accompagné d'un long sanglot, la fin des Étranges aventures de Walter marquera aussi le début d'un crépuscule de mauvais aloi pour la science fiction sur les grandes chaînes américaines.

Je vous entends déjà protester. Attention, il s'agit de faire un distingo entre SF et le reste. Car si le genre est très présent sur les 5 grandes chaînes (Fox, ABC, CBS, CW et NBC), avec une flopée de séries fantastiques (Once Upon a Time, Grimm, Supernatural, Revolution, Arrow, Touch), la vraie SF est vraiment définitivement absente. Person of Interest y trempe timidement le bout des doigts mais ça ne va pas plus loin.

Et c'est nouveau. Pendant des dizaines d'années, la science fiction était florissante. Entre La 4e dimension (The Twilight Zone) sur CBS, Au-delà du réel (The Outer Limits), Les envahisseurs (The Invaders) sur ABC, ou les diverses incarnations de Star Trek qui a commencé sur NBC, la science fiction faisait recette à la fin des années 50. Plus proches de nous, suivirent des séries iconiques comme Babylon 5 ou X-Files.
Quand Fringe fut lancé en 2008, la télévision américaine continuait de surfer sur la vague Lost. Dollhouse, Terminator: The Sarah Connor Chronicles, FlashForward, Defying Gravity, The Event et Terra Nova, les remakes de The Knight Rider, V, Life on Mars commencent alors de marquer le déclin avec des annulations en pagaille. On ne peut blâmer les chaînes. Certaines de ces séries n'étaient pas à la hauteur.

Mais ce n'est pas la raison essentielle. La SF n'intéresse plus le public. La paranoïa de la guerre froide qui autorisait des métaphores télévisuelles inventives a depuis longtemps disparu.
Sans compter que:
  1. il revient moins cher de produire des reality shows qui génèrent des profits considérables,
  2. les chaînes du câble occupent le terrain du fantastique (True Blood, The Walking Dead, American Horror Story, Haven, Game of Thrones) et dans une moindre mesure de la SF (Falling Skies et bientôt Defiance),
  3. il est plus économique d'importer (à la suite de l'inoxydable Dr Who) des séries canadiennes comme Continuum ou Primeval: New World
La présence de Fringe dans le paysage télévisuel américain rendait son existence d'autant plus décalée que dans une atmosphère définitivement néfaste au genre, la série, avec une moyenne de 3 millions d'afficionados au compteur, aurait dû disparaître des écrans très prématurément. En permanence donnée pour annulée, la meilleure série de SF de la décennie que personne ne connait a résisté bec et ongles. Sauf que la Fox, qui ne s'était pas gênée pour faire disparaître d'autres séries bien moins coûteuses qui possédait un public plus large, s'est entêtée contre vents et marées avec le soutien invraisemblable de Warner Bros TV. Si ça, ce n'est pas de la science fiction....

Pourtant Fringe n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Sa plongée dans le soap, avec permutation de doubles et disparition sacrificielle à la clé, a fait durer l'éternelle question 'Le feront-ils ou pas ?' au delà de ce qu'on serait capable de supporter dans une série plus classique comme Grey's Anatomy ou Castle.
La série n'était pas parfaite, on y a vu le pire et le meilleur, mais elle avait le mérite d'exister. Même quand on délaissait la logique au profit d'un moment d'émotion pas toujours gratifiant, les enjeux étaient tellement énormes que tout devenait spectaculaire. Et quand elle ne se plantait pas... c'était juste grandiose !

La preuve : combien de séries sont arrivées à vous faire pleurer à cause d'une vache et d'un prénom ? Des moments comme celui-là sont précieux....

4 commentaires:

  1. Magnifique article, bravo!
    C'est vrai que le rejet du public américain pour la SF, voir du public mondial, est vraiment bizarre et inquiétant. Je me demande si on assiste pas à la fin de la SF. D'ailleurs Fringe a réussi à s'installer parce que à la base ce n'était pas vraiment de la SF.
    Et dans les séries de SF qui se sont arrêtées récemment , tu peux rajouter aussi la franchise Stargate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin de la SF à la télé, soyons d'accord. En littérature, ça marche trés bien.

      Supprimer
    2. tout à fait d'accord
      mais on peut difficilement comparer les chiffres de l'édition où la SF reste une niche même si environ 700 romans de SF paraissent chaque année et le nombre de spectateurs requis pour qu'une série soit rentable.
      un lecteur moyen français lit entre 6 et 20 livres par an toutes catégorie confondues. 30% ne lit RIEN. 30% lit un SEUL livre. tu ajoutes à ça que la SF/fantastique/épouvante représente à peine 2% du chiffre d'affaire des maisons d'éditions...
      tout est relatif.

      Supprimer
  2. En effet, la fin de Fringe marque l'entrée dans une période de vaches maigres qui va, hélas, durer plus ou moins longtemps. Je l'avais senti dès la fin de Stargate Universe et de Caprica.
    Falling Skies est surtout une série estivale sur fond de SF qui, malgré une amélioration notable au cours de la saison 2, ne me semble pas propre à satisfaire les fans des séries évoquées plus haut. On ne peut pas savoir ce que va donner Defiance, et, étant donné le "climat", mieux vaut ne pas trop se donner d'espoirs et se préparer à des séries courtes, rapidement annulées ou bien à des séries SF-light moins intéressantes, faites pour un public plus massif, mais plus durables...

    RépondreSupprimer