20 janvier 2013

L'histoire de Fringe - 5e partie

Ce n'est qu’au milieu de sa première saison que Fringe trouver ses marques avec un épisode capital, "Rencontre avec M. Jones (In Which We meet Mr Jones). La série sort des sentiers battus et change de registre : elle bascule de l'investigation à prétention scientifique dans le drame familial.


Joshua Jackson : "Cela nous a pris 7 ou 8 épisodes de la première saison avant de savoir où on allait. Le début était excellent sur le plan créatif. Ils le disent dans le pilote, c'est l'histoire de la boîte de Pandore. C'est le passage à l'âge adulte pour cette femme. Et c'était en partie le problème qu'avait la série au départ. On a cette héroïne qui est vraiment un personnage fort mais dont les émotions ne sont pas en phase avec les autres personnages parce qu'en fait, ce qu'on montre, ce n'est pas son monde, c'est celui de Walter."

John Noble : "Au début, Olivia n'est qu'une femme qu'on ne comprend pas bien. Elle est en deuil. On est au courant du problème John Scott, mais cela mis à part, on ne sait pas grand chose d'elle. Puis on comprend qu'elle a un cœur, on apprend qu'il y a eu le Cortexiphan et qu'au final, enfant, elle a été une victime. A partir de là, on peut commencer à aimer Olivia. Ça a véritablement très bien marché, comme vous le savez."

Joshua Jackson : "C'est devenu une histoire familiale au milieu de la saison quand on a commencé à développer l'histoire de Walter et Peter. Au cours de la 2e saison, Olivia en fait quasiment partie et c'est une histoire familiale à 100%."

John Noble : "C'est pour cette raison que J.J. est génial. Ce qu'il voulait montrer, c'est cette relation du père et du fils. Il nous a préparé Josh et moi à cette possibilité. Et on a eu la chance de s'entendre si bien qu'on a pris la chose très au sérieux. On y a travaillé. La deuxième chose, et je pense que c'est très important, c'est le personnage d'Astrid. Je n'ai aucune idée de ce qu'ils voulaient en faire au départ, mais nous avons intégré ce personnage et elle est devenu un rouage essentiel de la famille. Quant à la relation avec Broyles ou celle de Nina et Walter, c'était très riche. Les liens familiaux se sont approfondis."

Joel Wyman :  "A mon avis, la série a fini par fonctionner quand on a admis ce qui crevait les yeux depuis le début : on parle d'une famille. On a mis pas mal de temps à s'en rendre compte. La série s'appelle Fringe, il y a forcément une raison, -tous ces gens qui s'accrochent, qui créent une famille à tout prix et qui essaient désespérément de communiquer. Une fois qu'on a compris ça et qu'au fond, ce qu'on racontait, c'était une histoire de kidnapping, la série a développé un énorme potentiel."



Lire toute l'Histoire de Fringe
 [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]

[Source : TV GUIDE]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire