28 janvier 2013

Michael Cerveris : "Je me disais qu'un jour ça vaudrait le coup" (1/3)

Alors que la série s'est terminée sur une dernière saison dans laquelle l'humanité se retrouvait sous le joug des Observateurs, UN Observateur occupe une place à part dans le cœur du public.
Interprété par Michael Cerveris, September fait sa toute première apparition dans la série pendant le pilote en 2008. Il faudra attendre presque 30 épisodes avant d'apprendre qu'il n'est pas seul au monde [Observée (August)] !
Durant la 5e saison, on découvrira que ses pairs l'ont banni...

La lecture de cet article est
réservée à ceux qui ont vu 
l'intégralité de la série !

Chassé par les Observateurs à cause de son implication dans les événements du Fringevers, il a développé des qualités humaines qu'il ne connaissait que pour les avoir observées. Mieux, c'est un ami proche de Walter Bishop ! Après une très longue absence, September revient enfin dans le 10e épisode de la dernière saison, Anomaly XB-6783746.

C'est sous le nom de Donald (à cause du film Chantons sous la pluie) qu'il a aidé Walter à mettre au point le plan qui permettra de chasser les Observateurs à jamais. Et comme de juste dans Fringe, Donald et son fils Michael deviennent le pendant de Walter et Peter....

C'est avec joie que Cerveris s'est plongé dans la création de cette nouvelle version du personnage. De quoi lui faire oublier qu'il n'a jamais été casté pour X-Files.

On ne devait voir September qu'une seule fois....
"Oui, c'est surprenant. Au départ, c'est ce que j'avais compris. Mais à vrai dire, peu avant que je ne commence, ils avaient déjà réfléchi à autre chose. Jeff Pinkner et J.J. Abrams avaient compris que le rôle de September était crucial et que ce rôle se développerait tout au long de la série. Mais en fait, quand on vous dit ça, vous ne savez jamais si c'est vraiment ce qui se passera, et cela n'a rien à voir avec le fait qu'ils soient mal intentionnés ou qu'ils n'y croient pas. Jamais je n'aurais pu imaginer qu'au final, September, enfin Donald, aurait entre les mains le sort de l'univers et de l'humanité."

Quand vous avez découvert cet énorme changement cette saison, qu'en avez-vous pensé ?
"En même temps j'étais impatient, reconnaissant et flatté qu'ils aient pensé que le personnage qu'ils avaient créé ait assez d'envergure, d'importance et de sens pour que ça marche. Et qu'il pensent que j'allais être capable en tant qu'acteur de projeter suffisamment d'émotion. Moi, j'ai pensé que c'était juste putain de cool ! Je suis un fan de la série, vraiment, et en tant que fan, c'est le genre de truc que j'aurais envie de regarder. Je serais complétement abasourdi par un tel revirement. C'est brillant."

Vous regardez la série quand elle passe à la télévision ?
"Oh oui. Je ne reçois que les scénarios des épisodes dans lesquels j'apparais, donc d'un point de vue pratique, il faut que je vois tout, simplement pour savoir ce qui se passe. Mais de tout façon, même sans ça, je le ferais. J'étais à fond dans X-Files. Je n'ai jamais joué dans la série. C'est un de mes plus grands regrets. Ça compense plus que largement. Et cette saison, je savais que c'était notre dernière et que j'aurais un rôle à jouer dans le dénouement, mais je ne savais pas exactement quoi. Alors j'ai acheté les DVDs et j'ai revue toute la série. Et toute cette recherche, c'était une bonne idée puisque la 5e saison se réfère sans arrêt à ce qui s'est passé avant, pas forcément des choses qui paraissaient importantes sur le moment mais qui le deviennent énormément maintenant."


Des scènes comme celle où September et le garçon échangent un regard [L'enfant sauvage (Inner Child)] ?
"Je me souviens très bien du tournage de cette scène. La seule chose que je faisais dans l'épisode, c'était de marcher sur une pente sans rien dire pendant qu'on emmène le garçon en voiture. Il se retourne, il est à l'arrière de la voiture. Il me voit et je le vois. Personne ne m'a expliqué la signification de cette scène. Je pense qu'à ce moment-là, ils n'en savaient rien eux-mêmes. Mais c'est l'exemple parfait de ce qui s'est passé plein de fois avec Fringe, comme cette réplique 'Ce doit être difficile d'être père' [dans Réactions en chaîne (The Firefly)].



"Des moments comme ceux-là, où je sentais bien qu'ils avaient un sens particulier, je pense que les scénaristes le savaient aussi mais ils ne savaient pas encore ce qu'ils en feraient. J'ai adoré rechercher ces moments en leur donnant un sens mais on pouvait en faire ce qu'on voulait, aller dans n'importe quelle direction. Et en les revoyant, on se dit 'Bon sang, mais c'est clair en fait !' Parfois je me dis qu'en regardant ce que je faisais ou ce que les autres acteurs faisaient, ils ont dû s'inspirer d'une intonation dans une réplique. Et en les revoyant, de se dire "Tiens en fait, puisqu'il l'a joué comme ça, maintenant on pourrait dire que ça signifie ci ou ça alors qu'on n'en savait rien quand il l'a fait'. Donc, c'est à la fois leur réaction à ce qu'on a fait, et nous qui réagissions à quelque chose de sous-jacent dans le scénario."
"En tout cas, je me souviens très bien du tournage et de cette rue. Il faisait un temps vraiment vraiment glacial mais ils ne voulaient pas que je mette le chapeau pour qu'on me reconnaisse tout de suite. Toute la journée, je suis resté debout à regarder passer cette voiture. Ça faisait un mal de chien tellement il faisait froid, et je me disais, 'J'ai le sentiment qu'un jour, ça vaudra le coup.' Maintenant, je sais."

LIRE LE RESTE DE L'INTERVIEW  2e PARTIE  3e PARTIE

[source : EW]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire