1 février 2013

Ça plairait à Walter

Sans aucun doute, ce luminaire remporterait tous les suffrages de Walter Bishop. On se demande même pourquoi il n'y a pas pensé. C'est en effet à la fois une source d'éclairage et un moyen efficace d'avoir sous la main toutes les souches de bactéries et autres bizarretés dont il pourrait avoir besoin. 

Le lustre Bacterioptica est composé de cent boites de Petri reliées à 4,5 kilomètres de fibre optique. Fabriqué par la société d’architecture MADLAB et Del Lighting, son design est destiné à s'adapter selon l'humeur et les besoins d’éclairage.

Constitué de plus de 15,000 fibres optiques qui émanent d’un point central, des structures métalliques tiennent des boîtes de Petri scellées qui filtrent la lumière grâce à ce qu'on cultive à l’intérieur. Le mode d'emploi indique qu'échantillons de peau, levure ou tout autre composé de son choix sont les bienvenus. Au fur et à mesure que la culture se développe, la lumière se modifie.

[source : zeutch, journal-du-design]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire