23 février 2013

Joel Wyman : 5 saisons de Fringe (2/5)

Suite de l'interview de Joel Wyman donnée à Tara Bennett (September's Notebook) pour le magazine britannique SFX.

Le dernier épisode de la première saison, La croisée des mondes (There's More Than One of Everything), ne laissait plus de doute sur l'existence d'une réalité parallèle. Ce concept posé, la 2e saison de Fringe met en avant l'histoire pour le moins insolite de Peter Bishop.

"On en était encore à tâtonner pour raconter notre histoire du mieux possible. Un coup, on y arrivait, le coup suivant, on se manquait. Certains épisodes étaient bien meilleurs que d'autres. On a beaucoup appris sur le tas. Finalement, on n'est arrivé au concept du mythalone* qu'assez tard [Allers-retours temporels (White Tulip)]. À partir de là, j'ai eu une illumination ! Pourtant, si on y réfléchit, c'était la réponse évidente au problème. "Enfin, Joel, comment donner au téléspectateur lambda l'envie de regarder une bonne histoire sans léser les fans ?"

"Les chaînes vous mettent la pression. Elles veulent un maximum de standalones pour élargir le public. C'est un vrai casse-tête. Vous ne voulez pas laisser tomber les vrais fans mais il faut aussi satisfaire celui qui tient les cordons de la bourse. Ce n'est vraiment pas facile. Pendant la 2e saison, nous avons pourtant essayé pas mal de trucs. Une semaine, c'était un épisode d'horreur, la semaine d'après on parlait d'extraterrestres... Cela nous a permis de tenir pendant un certain temps mais au fur et à mesure, on a compris ce qui importait vraiment : Peter, sa relation avec Walter, celle de Walter avec l'équipe, le secret de Walter, la découverte de ce secret par Peter et sa place dans le monde, et puis Olivia et ses pouvoirs. Tout cela a fini par devenir le plus important et on aurait dû le montrer bien avant."

"À mi-saison, je me suis rendu compte que si j'écrivais pour Fringe, ce n'était pas par hasard. Pour moi, ce qui est primordial dans la vie, c'est la communication, les rencontres que l'ont fait. C'est mon message : les relations entre les gens, c'est ce qui importe le plus."
* Mythalone : épisode qui peut se regarder au vol sans connaissance particulière de la série (standalone) mais assez riche en mythologie pour plaire aux téléspectateurs réguliers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire