22 février 2013

John Noble : "Ce sont les histoires qui m'intéressent"

Lors de la Grand Slam Convention: The Star Trek and Sci-Fi Summit de Burbank, John Noble et Jasika Nicole ont accordé une interview à Entertainment Tonight News.

John Noble s'est remémoré une rencontre avec une fan de New York qui voulait qu'il signe une dédicace très particulière.
"Je l'ai fait, mais ma femme était avec moi, donc il n'y a pas eu de problèmes. Il faisait froid et elle était là, dans la rue toute nue à demander que je signe. Elle avait des atouts certains," plaisante l'interprète de Walter.

"Avec Fringe, nous sommes allés le plus loin possible dans ce qui était faisable d'un point de vue scientifique," continue Noble. "Si vous alliez ça à de superbes études de personnages, et je crois qu'on a réussi cet aspect grâce aux relations qui existaient entre ces personnages, vous obtenez quelque chose de vraiment passionnant. Je n'aime pas trop ce qui reste en deux dimensions. Je ne suis pas très friand des séries d'investigation non plus. Ce n'est pas tant la science fiction qui m'attire, mais l'histoire," a confié le comédien.

"J'adore les histoires. Peu importe que ce soit de la science fiction ou autre chose. Avec la science fiction, on peut sans doute prendre plus de risques parce qu'on n'est pas obligé de rester enfermer dans le ronron du quotidien."

Revenant sur l'importance des réseaux sociaux, il ajoute. "Ce qui était très intéressant, c'est que Fringe est l'une des premières séries qui a montré à quel point l'impact des réseaux sociaux est important. Nous avons eu la chance d'avoir cinq saisons et c'est grâce au bruit qu'ont fait les fans sur ces réseaux. Fox et Warner ne pouvaient pas l'ignorer."  

Jasika Nicole (Astrid Farnsworth) a révélé qu'elle avait beaucoup aimé pouvoir voyager dans le temps grâce à la série. "Même si ça se termine de façon horrible et que le monde est détruit à cause de ça ! Ce serait vraiment génial si on pouvait le faire. Comme d'aller d'une réalité à l'autre pour rencontrer d'autres versions de soi-même... Mon alter ego était bien plus cool que moi."

"Je ne crois pas qu'il n'y ait qu'une seule réalité parallèle," confie la comédienne. "À mon avis, il en a une infinité. C'est tellement incroyable que je ne suis pas sûre de vraiment tout comprendre. Je pense que Fringe a permis au public de réfléchir."

[source : ET]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire