11 février 2013

L'histoire de Fringe : 11e partie


On se souvient qu'à la fin de la 3e saison, Peter Bishop disparaît après être entré dans la Machine qu'avait mis au point son propre père. Pour les Observateurs, il n'a tout simplement jamais existé.
Ainsi, non seulement Fringe perd l'un de ses personnages principaux mais les producteurs choisissent de le faire disparaître au lendemain d'un changement d'horaire risqué : la Fox avait relégué Fringe le vendredi soir, antichambre de l'annulation.
Cette décision créative controversée était-elle pertinente ? Comment la série changea drastiquement à cause d'un sacrifice ? C'est à ces questions que répondent les intervenants de Fringe.

Walter ne se doutait pas quand il avait créé cette Machine qu'elle serait l'autel sur lequel Peter serait sacrifié.

Bryan Burk (producteur exécutif) : "C'est une idée qui nous a beaucoup plu dès le départ à cause de ses probables ramifications."

Jeff Pinkner (showrunner) : "De tout ce qu'on a fait, c'est certainement ce qui prête le plus à la controverse."

Josh Jackson (Peter Bishop) : "C'est quelque chose dont on a parlé très très très tard après avoir introduit l'idée de la Machine dans l'histoire et des éventuelles répercussions de son existence."

Pinkner : "On s'est dit que ce n'était peut-être pas idéal, mais c'est une idée qui correspond tellement à l'esprit de Fringe qu'on a sauté sur l'occasion. On l'a laissé en plan quelques jours, le temps de se demander quelles seraient les conséquences. C'est évident qu'on connaissait le danger d'une décision de cette ampleur."

Jackson : "L'idée que Peter était effacé me plaisait beaucoup. Si vous voulez un cliffhanger marquant, il faut être drastique."

Pinkner : "Nous voulions vraiment mettre l'accent sur une question primordiale. Si ces personnages ont oublié l'existence de Peter et ont fait leur vie différemment, est-ce que ça veut forcément dire que les trois premières saisons auxquelles on a assisté ont une importance ? Au final, la réponse est oui, évidemment. Sa présence ou son absence a changé leur point de vue. Ce changement émotionnel et intellectuel importe bien plus que ce qu'ils ont pris au petit déjeuner."

J.J. Abrams (producteur exécutif) : "Je pense que Joel Wyman et Jeff Pinkner— en particulier Joel pendant la dernière saison, connaissaient bien leur public. Ils lui étaient redevables. Pour les fans d'une série, il n'y a rien de pire si l'on vous dit que ce que vous aimez ou ce que en quoi vous croyez n'existe plus ou a été anéanti. A chaque étape, nous avons respecté le public qui regardait la série parce qu'il le méritait. Nous lui devions bien ça."

Pinkner : "Je crois que pour qu'une histoire soit intéressante, il faut que le public ne soit pas tout le temps à l'aise avec ce qu'on lui raconte. Le public doit souffrir en même temps que les personnages. Si on est content en permanence, c'est difficile de rendre vraisemblable des développements plus tristes ou plus noirs. On ne peut pas les moduler."

Seth Gabel (Lincoln Lee) : "C'était absolument incroyable de voir la passion que la disparition de Peter avait déclenchée. Il y a eu une réponse à l'échelle mondiale avec la vidéo "Où est Peter ?". C'est vraiment remarquable."


Pinkner : "D'une certaine manière, cela nous a vraiment permis de remettre à plat les relations entre les personnages. On a pu se poser d'autres questions. Qu'est-ce qui est important ? En fin de compte, l'amour peut-il exister en dehors du temps, de l'espace et ressurgir des tréfonds ? Cela nous a permis d'être pragmatiques. Cela nous a permis de rebooter la série, --pas complétement parce que nous aimions la série et que personne n'avait envie de tout foutre en l'air. Cela nous a permis de changer notre perspective sur les personnages."

Jackson : "On ne peut pas nier qu'on jonglait en même temps avec plusieurs choses, et pas seulement la créativité mais aussi la possibilité que notre série soit annulée. A la fin de chaque saison, il fallait trouver une histoire qui marcherait si c'était la fin de la série. J'avais discuté avec Akiva Goldsman [producteur consultant] des répercussions de l'histoire de la Machine. Il en avait parlé à Joel et Jeff. Ce sacrifice, c'était le seul choix dont les conséquences n'impliquaient pas la destruction d'une des deux réalités. Et c'était un noble sacrifice."

Pinkner : "C'est une décision que je n'ai personnellement pas regrettée une seule seconde. Je sais qu'elle porte à controverse. Qu'Olivia et Peter retombent amoureux la validait."

Mais si les producteurs sont ravis, c'est loin d'être le cas des comédiens.
 
Jasika Nicole (Astrid Farnsworth) : "J'ai trouvé ça vraiment bizarre. On est bien obligé de faire confiance aux scénaristes parce que ce qu'ils ont déjà écrit était fantastique. Ils ont écrit des saisons étonnantes et dynamiques, c'est pourquoi vous n'avez pas le choix. Vous devez croire qu'ils vont continuer. Mais pour moi, c'était très difficile de m'y faire, et je pense que je ne suis pas la seule."

Anna Torv (Olivia Dunham) : "Quand je dis que je ne sais pas vraiment où ils allaient avec cette idée, je ne suis pas seule à l'avoir pensé. Je sais que Josh poussait à fond pour ce développement. C'est sûr qu'il était un peu à l'origine de cette idée."

John Noble (Walter Bishop) : "Personnellement, j'ai détesté. Je pense que faire exister Walter sans Peter, ça ne fonctionne pas. Walter est enfermé dans son labo, il n'a pas de rôle précis à jouer, c'est simplement un génie qu'on a mis là. Non, franchement, je trouve que ce n'était pas une bonne idée de reboot. Nous avions une nouvelle équipe et rien n'était plus pareil. Avec n'importe lequel des personnages en moins, ce serait forcément différent. Mais nous l'avons retrouvé."

Torv : "C'est sûr qu'on en a beaucoup parlé avec John. Si Peter ne revenait pas, ça signifie quoi ? Quelle serait leur relation ? Un monde sans Peter, c'est comment ? Je ne savais pas du tout ce qui allait se passer tant que je n'ai pas eu en main les scénarios des épisodes suivants. Je n'avais aucune idée si nous allions revenir à l'ancienne timeline ou pas."

Jackson : "Je n'aime pas trop l'idée du paradoxe temporel. La saison n'était pas toujours au top parce qu'il fallait trop extrapoler. Et puis pourquoi certaines personnes se seraient-elles rappelées de Peter et pas d'autres ? S'il est mort à neuf ans, pourquoi existerait-il un portail entre deux réalités ?  Quelquefois, on se plante. La créativité est à double tranchant."

Nicole : "Dans cette nouvelle timeline, Astrid ne servait plus à rien. Elle n'était plus amie avec Walter donc on n'apprend plus rien de lui sinon que sans Peter, il n'a pas la même approche par rapport aux gens. Non, vraiment, je me demande ce qu'elle faisait là."

Noble : "J'ai pris le parti de jouer Walter bizarrement. Il n'était plus ni agréable ni désagréable. C'était délibéré de ma part. J'avais hâte que Peter revienne."

Lance Reddick (Phillip Broyles) : "Je ne vais pas vous mentir, j'étais vraiment sceptique. Jusqu'au bout, je me suis demandé si ce n'était pas simplement un artifice destiné à capter l'intérêt du public."

En dépit de tout ce qui s'était passé depuis la disparition de Peter et l'arrivée de cette nouvelle timeline, Olivia commence à se souvenir... Et les fans recommencent à respirer.

Pinkner : "C'était ce qu'on avait décidé dès le départ. Au bout d'un certain temps, Walter allait aussi se rappeler. Nous nous étions rendus compte que nous ne voulions pas que ce soit un reboot qui nous ramène au même point qu'avant. Ce que nous voulions, c'était qu'elle se rappelle parce qu'elle en avait besoin. Ce n'était pas une progression intellectuelle. C'était uniquement du ressenti."

Torv : "J'ai trouvé ça intéressant quand elle a commencé à recouvrer la mémoire. C'était un peu comme si elle se disait qu'elle ne voulait pas refaire la même erreur qu'elle avait faite pendant la 2e saison."

Pinkner : "Nous avions commencé à travailler sur cette idée dès que nous avons fait disparaître Peter. On a pensé un moment qu'ils se souviendraient tous de ce qui s'était passé. Et puis nous avons décidé que seule Olivia en avait besoin."

Torv : "Je crois que si ça a un sens, ça vaut pour tout le reste de la série. Est-ce qu'elle a vraiment un sens ?"




Lire toute l'Histoire de Fringe
 [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]

[Source : TV GUIDE]

4 commentaires:

  1. "Nous voulions vraiment lettre l'accent sur une question"

    Heu... il n'y a pas comme un problème dans cette phrase ?

    RépondreSupprimer
  2. merci, c'est corrigé ;)
    y en a au moins un qui lit, c'est encourageant !

    RépondreSupprimer