10 février 2013

Michael Cerveris : "J'ai pu faire mes adieux à tout le monde" (3/3)

Dernière partie de cette interview donnée par Michael Cerveris (September) à Entertainment Weekly.

Prenez garde aux SPOILERS si vous n'avez pas regardé la dernière saison de Fringe !


La réponse du public à la série était fantastique. Qu'est-ce qui vous a le plus surpris ?

"L'ampleur de leur réponse à la série en général et à September en particulier, leur ténacité, c'est ce qui m'a vraiment impressionné. Ils chérissent autant September que Donald. Je n'ai commencé à tweeter que l'année dernière et j'ai reçu des tweets de Chine, de Russie, de toute la sphère hispanophone, du monde entier. Je n'avais pas imaginé que cette série touchait autant de monde partout. Je ne savais pas à quel point le public l'aimait, quelque soit sa culture ou sa langue."


Pensez-vous un jour participer à des événements sportifs ou à American Idol pour d'autres projets ?

"J'aimerais bien dire que ce sera le cas parce que j'ai adoré le faire mais à mon avis, ça n'arrive qu'une fois dans une vie. Ce sont des instants précieux, même si lors d'un match des New York Giants, nous nous sommes dits que les joueurs allaient venir nous taper dessus parce qu'on s'était installé au mauvais endroit pour tourner. Ils croyaient qu'on fraudait ! Ou quand on a cru qu'on allait prendre feu sur le circuit NASCAR au Texas... Mis à part ces incidents, j'ai adoré chacune de ces apparitions. Dieu sait si Joshua Jackson faisait la tête parce que je me promenais partout alors qu'il était coincé sur le plateau. Je crois qu'il ne me le pardonnera jamais ! "


Comment s'est passé votre dernier jour de tournage ?


"C'est drôle parce que j'ai eu l'occasion d'être là pour la dernière représentation de beaucoup de pièces, des pièces qui étaient restées à l'affiche pendant des années. Vous êtes à la fois triste, soulagé et fier et plus encore. Jamais je n'avais eu cette expérience dans une série. La seule série dans laquelle j'avais un rôle régulier s'était terminée très vite [Emma Brody, une série de James D. Parriott produite par Danny DeVito annulée par la Fox en 2002 au bout de 3 épisodes] et nous ne le savions pas quand nous nous sommes quittés. De savoir de façon claire que c'était la dernière saison, ça change tout, pour beaucoup de raisons. Entre autres, on a la possibilité de faire ses adieux à tout le monde et de prendre le temps d'apprécier ce qui se passe sur le plateau." 

"C'était bizarre pour moi parce que je ne venais que de temps en temps. C'était difficile, surtout au début, parce qu'on a envie de faire partie de la famille. Mais d'un autre côté, c'était génial parce qu'ils étaient toujours ravis de me voir. Donc c'était très agréable. Je me souviens d'en avoir parlé avec Jeff Pinkner, 'j'ai l'impression que je ne fais pas partie de la troupe'. Et il m'a dit, 'écoute, ça n'a rien d'exceptionnel, je ne dis pas qu'on l'a fait exprès mais September n'appartient pas à ce monde, donc ça marche'. Il avait ajouté que Michael Emerson [Benjamin Linus] ou quelqu'un d'autre de Lost se plaignait de la même chose que moi, qu'il était quelqu'un de très important dans la série mais trouvait qu'il n'était qu'un outsider quand il tournait avec les autres."


"Au fil des années, ce sentiment a fini par disparaître. Et à la fin, pendant cette dernière saison, je pense qu'à ce stade, le rôle de mon personnage était devenu tellement essentiel, que je me suis senti mieux et que j'ai finalement eu le sentiment que je faisais partie de la famille ! Quand un tournage se termine, on dit généralement quelques mots. Tout le monde a pas mal pleuré le dernier jour. Et beaucoup ri aussi. C'était complètement surréaliste parce qu'on travaillait beaucoup de nuit. On ne sait plus trop où on en est au bout de 17 heures de tournage. On est un peu délirant. Globalement, on était heureux et content. Tout le monde se disait qu'on avait tenté quelque chose d'inédit et qu'on avait réussi à bien le faire. Je pense qu'on peut en être fier. C'est une série que de nouvelles générations découvriront. Ce n'est pas souvent qu'il m'est arrivé de travailler pour quelque chose que le public aimait à ce point."


Que pensez-vous de la fin de Fringe ?

"C'est évident qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Je crois que les fans purs et durs, tout autant que le public en général, seront profondément satisfaits de la conclusion. Il y a tout ce qu'il faut : action, suspense, émotion. C'est un thriller qui laisse aussi la place à toutes les questions existentielles et au ressenti. L'épisode est une réflexion sur la vie, ce qui est important, sur l'amour, sur le sacrifice, à tous les niveaux, aussi bien personnel que collectif, qu'on soit un petit groupe de gens ou qu'on soit un univers tout entier. C'est très gratifiant. On ne peut pas savoir ce qui va se passer jusqu'à la toute dernière image de la série. Franchement, c'est une succession de moments très forts."

Cerveris avec Elena Roger et Ricky Martin dans "Evita"
Fringe, Evita (qui s'est terminé fin janvier 2013), Treme (qui n'aura qu'une dernière courte saison)...

dans la série Treme
"Il me reste un épisode à tourner pour Treme. Oui, c'est un mois où beaucoup de choses finissent et j'ai hâte d'ouvrir le prochain chapitre. Je ne sais pas encore lesquels de mes projets vont se concrétiser. Il y a des choses pour la télévision. D'autres pour la scène. Tout repose sur la disponibilité, comment s'arranger autour de son emploi du temps. Et puis prendre des vacances et aller au cinéma. Peut-être arrêter de voyager. Mais je suis sûr que si je dis ça, je vais encore me retrouver à La Nouvelle-Orléans pour un bout de temps..."

LIRE LE RESTE DE L'INTERVIEW 1ère PARTIE  2e PARTIE

[source : EW]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire