19 mars 2013

Bryan Burk : "Into Darkness" ne s'adresse pas aux fans de Star Trek


A l'issue de la projection en exclusivité à Sydney des 40 premières minutes du prochain Star Trek, le co-producteur Bryan Burk a fait pour le moins une étrange déclaration.
"Je crois qu'avec notre premier Star Trek nous avons récupéré les fans qui s'étaient investis de près ou de loin dans la franchise depuis ses débuts et aussi pas mal de gens qui n'en connaissaient rien. Cela nous permet aujourd'hui d'aller encore plus loin et d'attirer tous les autres. Il y a beaucoup de gens qui sont allés voir le premier tout en pensant qu'ils n'aimeraient pas. Je pense qu'Into Darkness attirera un public qui a jusqu'à présent soigneusement évité Star Trek parce qu'il ne se sentait pas attiré par le concept et que ce public sera agréablement surpris. Nous savions aussi qu'il était vraiment important de faire un film que n'était pas la suite de celui de 2009 pour permettre à tous ceux qui en avaient envie d'aller le voir."
Bon. Donc Burk et Abrams ont fait un film pour tous ceux qui n'aiment pas Star Trek. Je ne suis pas certaine de comprendre la logique sinon qu'en s'éloignant des critères de la franchise, ils ne cherchent à multiplier le nombre d'entrées. Pourquoi à ce compte-là ne pas innover et faire un film qui n'a rien à voir avec une franchise établie ? Le visuel de la campagne de promo est cohérent avec leur démarche d'aseptisation qui s'adresse à l'inconscient collectif pour ratisser encore plus large.


Si le prix à payer, c'est de voir Star Trek transformé en quelque chose d'aussi absurde qu'Iron Man, je ne suis pas certaine que quiconque gagne au change. Mais évidemment, je pense que les réactions seront bien plus violentes une fois qu'ils auront appliqué à Star Wars le même traitement.

Ce que dit Burk est évidemment à rapprocher des déclarations récentes de deux des comédiens de Star Trek: The Next Generation, le très politiquement correct Jonathan Frakes (qui espère peut-être avoir un rôle dans le 3e volet de la trilogie) et Levar Burton qui l'est beaucoup moins.

FRAKES : "C'est spectaculaire. J.J. a fait exactement ce qu'il fallait, on a eu raison de lui donner les clés. J'ai visité les plateaux de tournage du 2e et je suis impatient de voir le résultat final."

BURTON : "Je pense que J.J. a fait un boulot extraordinaire. J'attends de voir ce qu'il a fait cette fois-ci parce que la tradition de Star Trek, ce n'est pas seulement de divertir mais aussi de faire réfléchir. Star Trek fait passer les valeurs essentielles de l'humanité. La série a beaucoup marqué mon parcours depuis l'adolescence."
"Le film d'Abrams a eu un très gros impact sur une nouvelle génération qui ne connaissait pas Star Trek. Ce qui me dérange un peu, et c'est ce que j'entends souvent venant des gens de son entourage, qui considèrent que le film de 2009 est l'étalon et que tout le reste peut être oublié."
"On peut s'éloigner du canon, mais il faut aussi le respecter. Prétendre que les films d'Abrams sont maintenant l'unique canon de la franchise est égocentrique et immature. Par exemple, les gens d'Advanced Micro Devices sont en train de mettre au point une technologie qui s'inspire du holodeck de Next Generation. Quand j'entends Abrams dire qu'il n'y a de Star Trek que le sien, je suis désolé, c'est une grosse connerie."

[source : toronto sun, toronto star, adelaide now, mediastinger]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire