3 mars 2013

Joel Wyman : 5 saisons de Fringe (5/5)

Dernière partie de l'interview de Joel Wyman, showrunner et co-producteur exécutif de Fringe, donnée à Tara Bennett (September's Notebook) pour le magazine britannique SFX.

Wyman a déjà dit à maintes reprises que si la Fox et Warner ont accepté de donner à Fringe une dernière saison et la chance de finir de raconter son histoire, c'est grâce à l'épisode Armée secrète (Letters of Transit) qu'il leur avait pitché avec Jeff Pinkner comme un néo pilote.


"C'était très risqué. Nous faisions le pari que ça pouvait marcher. Une fois qu'on a décidé de procéder comme ça, il a fallu se mettre à y réfléchir vraiment. Il fallait que je fasse des choix sur les réponses essentielles à apporter aux fans et à celles qui l'étaient moins. En fait, ça s'est résumé à ça : je suis un grand fan de télévision, et je sais ce que j'attends d'une série dans laquelle je me suis investi pendant cinq ans. Je veux que mes personnages puissent évoluer et aller au bout du voyage qu'ils ont entrepris, littéralement et figurativement. Je veux que la conclusion veuille dire quelque chose, qu'elle soit logique et émouvante. Mais surtout, je veux qu'une fois que la série est finie, je puisse y réfléchir et imaginer ses personnages dans leur vie future."

"Ce n'est pas la peine d'avoir tous les détails de ce qu'ils vont vivre après. Ce qui compte, c'est que ce que j'ai vu à la fin était inéluctable, que cela ne pouvait pas se passer autrement. Si c'est le cas, que ce soit fini n'est pas un problème, parce que j'y aurais trouver mon compte."

"C'était ça le déclic. Une fois que j'ai su où j'allais, c'est devenu très simple. Il fallait que je raconte trois histoires : celles d'Olivia, de Peter et de Walter. Il fallait qu'en 13 épisodes j'arrive à boucler la boucle. J'ai fait ce que je sais faire le mieux, j'ai écrit sur le même thème. Comment avoir une famille aujourd'hui, les difficultés et les joies. Quelquefois, c'est dur de faire face au monde d'aujourd'hui mais quand on y arrive, c'est une grande joie. C'est difficile d'espérer. C'était mon message. C'est difficile d'être à l'autre, mais quand ça marche, ça vaut vraiment le coup ! Pour moi, c'est cette métaphore que la série a essayé de transmettre."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire