21 mars 2013

"September's Notebook" : premières impressions

Maintenant que j'ai entre les mains un exemplaire du September’s Notebook écrit par Tara Bennett et Paul Terry, je mesure mieux l'enthousiasme qui a secoué les fans américains depuis deux semaines.

Livre de bonne facture, à la couverture élégante, il possède une iconographie considérable tout en réservant une large part au texte qui reste cependant très concis, exactement ce qu'on attendrait d'une Observateur. Au fil de ses notes, on devine que September (pour lequel Michael Cerveris, son interprète, a établi le canon) s'humanise au fur et à mesure que sa mission progresse, et c'est tout à l'honneur des auteurs d'avoir pu insuffler cet aspect de manière efficace tout en restant très "clinique" (je reconnais que ça fout un peu les jetons, même quand on sait que les Observateurs sont essentiellement dénués de sentiments).

La cerise sur le gâteau, c'est évidemment le nombre époustouflant de documents collationnés par September. Pour les familiers de l'univers de Gene Rodenberry, le Star Trek Vault de Scott Tipton avait offert aux fans de l'ensemble des incarnations à la télévision de la série culte un ouvrage fonctionnant sur le même principe (plans, transferts, story boards, etc.) mais ses 125 pages n'arrivent pas à la cheville de ce qui est ici proposé aux fans de Fringe.


Première constatation, les auteurs sont manifestement de vrais fans. Ce n'est pas un ouvrage de commande mais une véritable déclaration à la série qui s'intègre de manière parfaite au Fringevers. C'est d'autant plus étonnant que Fringe s'est terminé à la mi-janvier. J'imagine sans peine la course contre la montre engagée par Tara Bennett et Paul Terry pour permettre aux lecteurs de posséder aussi rapidement un livre qui est à la fois un ouvrage de référence incontournable et en même temps un album souvenir extrêmement personnel.

Si vous recherchez un guide de la série ou des révélations fracassantes sur ses coulisses, vous serez déçu. Pas de déclarations des stars non plus que de découvertes improbables sur l'univers du show. Ce n'est pas non plus une encyclopédie ou un dictionnaire du Fringevers. Quelques pages, tout à la fin du livre, récapitulent succinctement la liste des épisodes, point barre.


En revanche, si vous en attendiez en immersion totale, vous serez ravi car c'est bien le point de vue unique de l'un des Observateurs, --qui ont joué comme le savent ceux qui ont vu la 5e saison un rôle capital dans le chapitre final, qui s'offre au lecteur. Car ce September's Notebook est bien ce qu'il annonce, un journal, un carnet de notes et un album souvenir de tout ce qui s'est déroulé pendant ces cinq ans.

Après une introduction qui s'intéresse aux Bishop, à Massive Dynamics, à Nina Sharp et à l'énigmatique William Bell, aux victimes des expérimentations de Jacksonville, et à l'équipe Fringe proprement dite et ses protagonistes, Charlie Francis, John Scott, Sanford Harris et Astrid Farnsworth compris, donnant ses impressions avec force détails.
Les trois parties suivantes (bleue, rouge et ambre) plongent à fond dans la mythologie complexe de la série tout en décrivant ses aspects les plus triviaux, comme les obsessions alimentaires de Walter, des documents top-secret du FBI, la clé du langage des Observateurs ou l'éloge funèbre qu'a écrit Peter, et j'en passe. La dernière partie s'intéresse plus à ce qui se passe en 2036 qu'à des observations proprement dites, September n'étant plus en relation avec les héros de la série.


Mais les trois dossiers de couleur (les événements Fringe rendus publics) qui complètent chacune des parties du livre et dont on pourra également prendre connaissance remporteront certainement tous les suffrages des lecteurs. L'ensemble des enquêtes sont ici exposées à la lumière des documents officiels et soumises à la perspective de notre Observateur préféré.

On pourra reprocher certaines inexactitudes, comme la description du retour d'Olivia dans notre réalité, --ou alors September décrit des événements qui se sont déroulés dans une autre réalité car ils ne correspondent pas à ce qu'on a pu voir dans la série. Mais ce n'est rien en regard de ce que le livre décrit avec exactitude !

Last entry....
J'avouerais pour finir, que deux choses m'ont fait craquer.
Tout d'abord, les pages blanches sur lesquelles s'achèvent le journal de September, le 20 juin 2016.
"Cela fait maintenant 6 mois que je n'ai pas vu Walter et j'ai peur qu'il soit mort, et notre mission avec lui. Mais je garde l'espoir parce que c'est l'un des aspects de la condition humaine qui est cher à mon cœur."
En deuxième position ex aequo, l'introduction des deux showrunners Jeff Pinkner et Joel Wyman.... et le codicille sur la dernière page de couverture, clin d’œil aux campagnes de fans organisées par Fringenuity sur twitter.


En tout cas, le September's Notebook dépasse toutes mes espérances. Je regretterais presque qu'il ne soit pas sorti au cœur de l'hiver où les longues soirées sont propices au recueillement et à l'introspection.


À noter que si la page dédicacée par Anna Torv, John Noble, Joshua Jackson et Joel Wyman dans la version collector (à sortir en mai) n'inclut pas la signature de Michael Cerveris, alors qu'il s'agit du journal de son personnage, c'est tout simplement parce qu'on ne lui a pas demandé... Dommage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire