16 mai 2013

John Noble : "J'adore faire de la télévision"

Leland Monroe dans le jeu vidéo L.A. Noire
John Noble vient de terminer plusieurs doublages (dont Superman contre Brainiac) et tourne en mai et juin en Australie sous la direction de Tony Mahony The Mule, avec Georgina Haig (Etta), avant de s'attaquer à une mini-série.

"Je n'ai jamais été au chômage. Si on a besoin de mes talents, je suis toujours disponible. Pour moi, c'est la réalité du travail d'acteur d'avoir plusieurs cordes à son arc. J'ai fait de la radio dans les années 70 avant que les pièces radiophoniques ne disparaissent, au début des années 90, j'étais déjà en contact avec un agent pour ma voix à Los Angeles. Faire de la post-synchro, c'est quelque chose que vous pouvez continuer à faire même quand vous êtes trop vieux pour la scène ou l'écran. Vous n'êtes pas obligé de tourner pendant des mois en extérieurs. Vous êtes enfermé dans un studio. C'est un boulot de fou pendant quelques jours mais la magie existe. J'ai fait trois autres doublages depuis Superman [dont Guardians of Luna avec Kellan Lutz]. Franchement, j'aime beaucoup ça."

A l'heure où sortent aux États-Unis et en Grande-Bretagne les DVDs et Blu-Rays de la 5e saison et l'intégrale de Fringe, le comédien revient sur ces 5 années pendant lesquelles il a personnifié le docteur Walter Bishop dans tous ses états et sa contrepartie dans l'autre réalité, le secrétaire Bishop, connu sous le sobriquet de Walternate.

"Je considère toujours mon personnage avec sympathie quand je commence. C'est un truc d'acteur, je ne porte pas de jugement, j'essaie de comprendre pourquoi il en est là, pourquoi il fait ce qu'il fait. Je les interprète tels qu'ils sont à ce moment donné. C'est simple. Que ce soit des fous ou des hommes gentils et sensibles, ou des gens brisés par la vie ou au contraire pétris de certitudes. Nous avons tous ces éléments au fond de nous. Ils ont tous leur potentiel. Par exemple, je peux tout à fait comprendre pourquoi Walter est comme il est. J'ai fait en sorte de savoir où en était mon personnage à toutes les étapes de mon interprétation. On évite ainsi de créer des personnages qui manquent de profondeur. C'est un piège de vouloir jouer le méchant comme un méchant parce qu'il perd son authenticité. En tout cas, c'est la méthode que j'applique."

Pour autant, ni Fringe, ni John Noble n'ont reçu la considération de l'Academy of Television Arts & Sciences (Emmy Awards) en dépit des campagnes menées par les fans et le soutien de la critique.

"Les fans se sont défoncés. Sans eux, nous n'aurions jamais eu nos cinq saisons. De nos jours, l'importance des réseaux sociaux est primordiale. On les a entendus. Le studio les a entendus, la chaîne les a entendus, très très fort. Je suis au courant des campagnes lancées pour les Emmy Awards. Pour moi, ce qui s'est passé reste un mystère."
"Il y a un groupe de gens qui votent. Mais pour qu'ils donnent leur voix à Fringe, il faut qu'ils regardent la série, qu'ils aient une opinion. Je ne connais pas la raison pour laquelle on a exclu Fringe. Dans certaines catégories, les ensembliers ou les décorateurs par exemple, notre équipe de production était extraordinaire. Mais je n'ai jamais compris pourquoi on nous a rejetés. Tous les ans, la presse en a parlé parce qu'elle ne comprenait pas non plus. Sincèrement, je ne sais pas."

Dark Matters: Twisted But True
L'Academy n'a jamais caché son dédain pour les séries de genre qu'elle préfère ignorer. L'exception étant une autre série créée par Abrams, LOST.

"LOST a obtenu la reconnaissance des Emmys, c'est vrai. On développe de plus en plus de séries de science fiction à la télévision. Cela veut bien dire que le public aime ça. Mais Fringe parlait aussi de la famille, c'est sans doute notre thème majeur. C'est peut-être ce qui le rend différent."
"Ce qui m'importe en priorité, ce sont les personnages et l'histoire. Je me rends compte que ça a l'air trop simple de dire les choses comme ça mais je lis tout le temps, et quand je lis je m'investis dans l'histoire, je m'identifie aux personnages. Sinon je ne m'amuse pas."
"C'est pareil à la télévision. Si l'histoire est bonne, si je ressens quelque chose pour les personnages, je vais regarder. Si les personnages ne me touchent pas, je ne continuerai pas même si la série est géniale. Je crois que les gens qui ont regardé Fringe aimaient vraiment nos personnages et s'intéressaient à toutes ces relations. Je pense que notre force, c'était ça."
"Pour moi, Fringe n'était pas seulement une bonne série mais une série excellente. J'aimerais bien qu'on la reconnaisse un jour. Je pense qu'on s'en souviendra pendant longtemps. Mais c'est vrai qu'avoir enfin une reconnaissance, ce serait agréable."

Et le comédien australien n'hésitera pas à refaire de la télévision s'il trouve le projet qui lui convient.

"J'adore faire de la télévision. Toutefois, je n'ai pas envie de me lancer dans une série si le personnage que je dois interpréter n'est pas développé comme je le souhaiterais. Je ne veux pas jouer un personnage sans épaisseur. Je crois que si le bon rôle se présente, je le saurais. Et pareil pour les producteurs. Je pense qu'ils viendront me chercher et qu'on en discutera. Je suis prêt à recommencer."
"J'aime beaucoup les drames historiques. Je serais très tenté si on me proposait un rôle dans ce domaine. Lire sur l'histoire et la science, c'est mon passe-temps. Je sais que les fans voudraient que j'apparaisse dans Doctor Who. Il y a eu beaucoup de rumeurs. Il y en a une autre, qui voudrait que j'ai un rôle dans le prochain Star Wars. Je ne sais pas d'où ça vient, si c'est juste l'imagination des fans."
"Doctor Who existe depuis cinquante ans, c'est étonnant. S'il y avait un rôle pour moi et qu'on me demande de le jouer, je pense que je le ferais. C'est un peu comme jouer un rôle dans Superman. C'est un véritable honneur de travailler pour des icônes de ce type. Les gens adorent Superman ou Doctor Who. Si on me l'offrait, c'est une proposition que je prendrais au sérieux et je serais vraiment honoré. C'est un mélange des genres, comme lorsque nous avons eu la chance d'avoir des légendes du petit et du grand écran comme Leonard Nimoy et Christopher Lloyd dans Fringe. Je ne sais pas si j'ai envie de me consacrer à un autre projet pour la télévision mais pourquoi pas."


[source : IGN/UK, nerdist.com]

3 commentaires:

  1. Docteur Walter Bishop versus Doctor Who lol

    RépondreSupprimer
  2. A quand la sortie DVD de la saison 5 en France??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.fringedivisionfrancaise.com/2013/04/saison-5-la-sortie-annoncee-des.html

      Supprimer