20 juin 2013

Interview de Christa Faust, l'auteur de "The Zodiac Paradox"

Je vous ai confié il y a quelques temps mes impressions sur le premier livre de la trilogie imaginée par Christa Faust : The Zodiac Paradox. Pop Nexus a eu la chance d'interroger l'auteur sur son travail d'immersion dans les origines du Fringevers.

The Zodiac Paradox mêle des éléments réels (le tueur du Zodiaque n'a jamais été retrouvé) au monde de la SF. Comment fait-on pour ré-interpréter un véritable tueur en série sous le prisme de Fringe ?

C'était génial. Cela m'a permis d'inventer des réponses à pas mal de questions qui étaient restées un mystère dans la réalité. Des questions qui m'avaient troublée. Par exemple, les gants retrouvés à l'arrière du taxi. Pourquoi le meurtrier enlèverait-il ses gants alors qu'il est en train de commettre ces meurtres ? Pourquoi des témoins le verraient-il essayer d'effacer ses empreintes quelques minutes après ? Si on ne veut pas laisser de traces, on garde ses gants. Et surtout, on ne les abandonne pas dans un taxi. Cela n'a aucun sens. Mais si on ajoute la touche scientifique de Fringe, d'un seul coup, on trouve du sens. C'est ce que j'ai le plus apprécié en écrivant le livre.

Vous restez fidèle à la tradition de Fringe. Il y a beaucoup de science dans le roman. Comment avez-vous fait pour adapter de façon compréhensible le langage scientifique utilisé par Walter et William ?

J'ai fait beaucoup de recherche mais je ne me plains pas parce que c'est une partie de ce travail que j'adore. Ce qui est dur, ce n'est pas tellement de lire tout ça, c'est plutôt de ne pas se laisser submerger et distraire par des sujets connexes qui n'ont aucune rapport. Cela n'empêche que quelque part je suis un peu angoissée à l'idée de finir sur une des listes du FBI à cause de ce que je lis ---comme l'hydrazine anhydre de qualité mono-propulsive ou d'autres choses comme ce dont on peut avoir besoin pour fabriquer son propre LSD.


Ce que je préfère dans le roman, c'est tous ces petits moments où l'on voit une jeune Nina Sharp, indépendante et un peu tête brûlée. C'est un aspect insouciant et téméraire qu'on ne lui connait pas dans la série. Comment fait-on pour renouveler les personnages sans s'éloigner de l'univers qui est familier aux lecteurs ?

J'aime beaucoup Nina moi aussi. J'avais envie de lui donner un peu plus de profondeur et une humanité sans pour autant saper les bases établies dans la série. C'est un équilibre précaire et complexe mais je pense que j'y suis arrivée, en tout cas je l'espère.

Dans le 3e épisode de la 5e saison, L'archiviste, on découvre un aspect d'Olivia Dunham qu'on ne connaissait pas. Abordez-vous le sujet dans "The Burning Man" ?

J'ai essayé de me servir de l'évolution du personnage et de jouer sur toutes les nuances. Mais ma préoccupation, c'était avant tout dans les trois romans, et cela vaut pour tous les personnages, de m'arrêter exactement là où commence la série.


Le prochain roman de l'univers Fringe écrit par Christa Faust paraît le 16 juillet prochain aux États-Unis [pas de date pour une version en français pour l'instant].


[source : popculturenexus]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire